Publié

UNIVERSITÉ«Après le plagiat, voilà le CV trafiqué»

Toujours en place, le professeur neuchâtelois auteur d’un livre truffé de passages repompés se révèle aussi être peu regardant sur sa biographie.

par
Ludovic Rocchi
Keystone

Le professeur au centre de la crise qui mine la Faculté des sciences économiques de l’Université de Neuchâtel a gravement gonflé son curriculum vitae. Voilà encore un «détail» qui semble avoir échappé à la vigilance des autorités neuchâteloises, qui ont pourtant déjà enquêté mille heures sur le dossier (lire ci-contre). Cette nouvelle révélation s’ajoute à une impressionnante série de dérapages – dont du plagiat – imputables à ce professeur québécois en place depuis douze ans à Neuchâtel. Propulsé directeur de l’Institut de l’entreprise peu après son engagement en 2001, Sam Blili a fait forte impression. S’autoproclamant comme «un des premiers universitaires à avoir scientifiquement observé et analysé le phénomène du commerce électronique», il a fait valoir un CV trafiqué sur trois points essentiels au moins.

Votre opinion