Roland-Garros: Après les bisous forcés, le temps des excuses

Publié

Roland-GarrosAprès les bisous forcés, le temps des excuses

Sous le feu des critiques pour avoir «agressé» une journaliste, le jeune Maxime Hamou s'est excusé. La chaîne «Eurosport» aussi.

Le joueur français Maxime Hamou a présenté mardi soir ses excuses après avoir embrassé de force, à plusieurs reprises, une journaliste d'Eurosport qui tentait de l'interviewer en direct lundi.

Devant les proportions prises par l'affaire, l'entraîneur de Maxime Hamou a tenté de calmer le jeu. Sans excuser son poulain. «Il s'entend bien avec les gens de cette chaîne d'habitude, il a voulu être très amical mais à 21 ans, on peut aussi parfois être très lourd. Je ne suis pas là pour l'excuser, il a fait une erreur en faisant le pitre et il doit être capable de sentir quand vient le temps d'arrêter les bêtises. C'est un gros point à travailler avec lui», a concédé Martin Vaisse à L'Equipe.

Contactée, Eurosport avait indiqué qu'Henri Leconte répondrait à la polémique en direct dans son émission d'après-match, «Avantage Leconte» mardi soir. L'ancien joueur de tennis s'est exécuté en lisant un communiqué pour présenter les excuses de la chaîne.

«Je tenais à préciser que nous ne cautionnons aucunement ce type de comportement. Maly est une grande professionnelle qui mérite des excuses. Notre réaction, pendant le direct, n'était également pas appropriée. Nous aurions dû intervenir rapidement. Nous nous excusons auprès des téléspectateurs qui ont pu être affectés.»

Parlant d'une situation «franchement désagréable», Maly Thomas a expliqué pour sa part au Huffington Post que «si ce n'était pas du direct, je lui aurais collé une droite.» Devant ces réactions, Maxime Hamou a présenté dans la soirée ses «plus profondes excuses» à la journaliste, via le réseau Instagram.

Sur Twitter, le nom du tennisman fait partie des sujets les plus discutés ces dernières heures en France. Plusieurs personnalités ont réagi à la vidéo : «Plus que gênante cette séquence. C'est très lourd et c'est très con. Désolé pour @Maly_Tweet qu'elle subisse ça», a tweeté Laurent Vergne, chef de l'information sur Eurosport.

La ministre des Sports Laura Flessel a également réagi sur les réseaux sociaux: «Non, une agression en direct n'a rien de drôle. Ne jamais laisser faire, ne jamais banaliser de tels actes», a-t-elle écrit.

«Il l'embrasse de force, elle tente de se dégager, il la serre par le cou et tout le monde... rigole.....#fatigue», a aussi souligné l'ancienne ministre et députée EELV de Paris, Cécile Duflot, sur Twitter.

«Dans un monde normal, Maxime #Hamou serait au tribunal pour agression sexuelle et les journalistes qui rigolaient dégagés de l'antenne», a commenté sur le réseau le journaliste Claude Askolovitch.

(afp/jsa)

Ton opinion