Coronavirus: Comme Nestlé, des entreprises suisses réagissent

Actualisé

CoronavirusComme Nestlé, des entreprises suisses réagissent

Alors que Migros et Coop mettent l'accent sur l'hygiène, d'autres entreprises ont, comme la multinationale basée à Vevey, interdit les voyages d'affaires.

Migros et Coop encouragent leurs employés à se laver les mains régulièrement et de tousser dans un mouchoir ou au creux de son bras.

Migros et Coop encouragent leurs employés à se laver les mains régulièrement et de tousser dans un mouchoir ou au creux de son bras.

Keystone

La propagation du coronavirus préoccupe les entreprises suisses, qui prennent des mesures pour protéger leurs collaborateurs. Mardi, Nestlé annonçait ainsi geler ses voyages d'affaires jusqu'au 15 mars. De leur côté, les détaillants Migros et Coop mettent l'accent sur l'hygiène.

Les deux grands distributeurs helvétiques ont pris des mesures pour réduire les risques d'infection chez leurs employés. Ces dernières sont également valables pendant la saison de la grippe, a indiqué Migros mercredi à AWP. Une cellule de crise a déjà été mise en place depuis plusieurs semaines.

Contact avec les autorités

Parmi les précautions prises, Migros encourage à se laver les mains régulièrement et à tousser dans un mouchoir ou au creux de son bras. Des mesures spéciales ne sont toutefois pas mises en oeuvre dans les supermarchés, comme le port de masques ou de couvre-chaussures.

La situation est similaire chez Coop. «Nous avons demandé à nos employés de respecter les règles d'hygiène de base», a indiqué un porte-parole. Le détaillant est en contact étroit avec les autorités compétentes et dispose depuis plusieurs années d'un plan de crise en cas de pandémie.

Dans la production alimentaire, Orior a déjà pris des mesures préventives au Tessin pour sa marque Rapelli, a précisé le directeur général Daniel Lutz à AWP. Les exigences «déjà élevées» en terme d'hygiène ont été renforcées.

Déplacements«non essentiels»

Les entreprises internationales ont elles aussi réagi. Le gestionnaire de fortune EFG a pour sa part déjà interdit les voyages vers la Chine depuis janvier dernier. Mais les déplacements «non essentiels» sont désormais également interdits par l'établissement pour ses conseillers, a indiqué le directeur général Giorgio Pradelli. A la place, des vidéo-conférences sont organisées.

Adecco a également réagi, comme l'a annoncé le patron Alain Dehaze dans une interview avec AWP Vidéo. Les réunions sont avant tout évitées en Asie. Le virus n'a pas encore d'influence sur ses activités.

Voyages reportés

Le secteur des voyagistes fait également face à d'importants défis. Beaucoup de clients reportent leur voyage ou choisissent une autre destination. «Les voyages vers l'Asie sont réservés avec plus de prudence», a souligné une porte-parole d'Hotelplan.

Pour les compagnies aériennes, les temps sont durs également. Lufthansa, auquel Swiss appartient, a annulé tous ses vols vers la Chine jusqu'au 28 mars. Les vols vers Hong Kong font également l'objet de limitation. Du 4 mars au 30 mai, Swiss ne desservira plus que cinq fois par semaine Hong Kong, contre tous les jours habituellement, a indiqué une porte-parole.

(ats)

Ton opinion