12.11.2015 à 08:46

IndustrieAprès sa restructuration, Siemens veut progresser

Affaibli par une rentabilité en berne ces dernières années, qui avait précipité le renvoi de son patron en 2013, Siemens a décidé de recentrer ses activités.

Le conglomérat industriel allemand Siemens, qui s'est redressé sur son exercice annuel décalé 2014/2015 sous l'effet d'une importante restructuration, prévoit de croître de nouveau sur l'exercice qui débute, malgré un environnement économique laborieux.

Sur l'exercice fiscal qui s'est achevé fin septembre, chiffre d'affaires et commandes ont chacun augmenté de 6% sur un an, à respectivement 82,3 et 75,6 milliards d'euros (88,8 et 81,6 milliards de francs), a annoncé jeudi Siemens.

Mais cette progression est entièrement due à un coup de pouce des taux de changes, sans lequel les montants auraient baissé d'un petit 1%. Sur le seul quatrième trimestre (juillet-septembre), les commandes ont tout de même augmenté de 6% hors taux de change.

En ce qui concerne le bénéfice net annuel, ce sont les cessions d'activités qui sont venues le soutenir. Il a progressé de 34% à 7,4 milliards d'euros. Mais 3 milliards de ces bénéfices proviennent de la vente d'activités du groupe dans les appareils auditifs et électroménagers. Sans l'apport de ces cessions, le bénéfice net du dernier trimestre a reculé de 33% à un milliard d'euros.

Optimisme modéré

«Nous prévoyons un ralentissement accru de l'environnement macroéconomique et une situation géopolitique toujours complexe en 2016. Néanmoins, nous attendons une croissance modérée des revenus», sans tenir compte des effets de change, a expliqué Siemens dans un communiqué, anticipant un regain de dynamisme sur la deuxième partie de son exercice 2015/2016.

Affaibli par une rentabilité en berne ces dernières années, qui avait précipité le renvoi de son patron précédent à l'été 2013, Siemens a décidé de recentrer ses activités, extrêmement diversifiées, et a pour cela réalisé des cessions (électroménager, réseaux télécoms), des abandons (solaire) ou des mises en Bourse (les ampoules électriques d'Osram).

«Nous avons réalisé ce que nous avions promis», a souligné l'actuel patron de Siemens, Joe Kaeser.

Le groupe, qui fabrique encore des turbines de centrales électriques, des éoliennes, des trains et des appareils médicaux, a ainsi, comme il prévoyait, enregistré une marge de sa branche industrie de 10,1%. Pour l'exercice en cours, la prévision est de nouveau d'une marge atteignant entre 10% et 11%.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!