Espace - Six mois plus tard, trois cosmonautes sur Terre
Publié

Espace Six mois plus tard, trois cosmonautes sur Terre

Après une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale, deux cosmonautes russes et une astronaute américaine ont atterri au Kazakhstan.

Cette photo publiée par la NASA montre le cosmonaute de l'expédition 64 Roscosmos Sergueï Koud-Svertchkov, aidé à sortir du vaisseau spatial Soyouz MS-17. Quelques minutes après lui, ce sera au tour du cosmonaute de Roscosmos Sergueï Ryjikov et de l'astronaute de la NASA Kate Rubins.

Cette photo publiée par la NASA montre le cosmonaute de l'expédition 64 Roscosmos Sergueï Koud-Svertchkov, aidé à sortir du vaisseau spatial Soyouz MS-17. Quelques minutes après lui, ce sera au tour du cosmonaute de Roscosmos Sergueï Ryjikov et de l'astronaute de la NASA Kate Rubins.

AFP

Deux cosmonautes russes et une astronaute américaine sont revenus sur Terre sans problème, atterrissant samedi dans la steppe kazakhe, après une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS). La capsule Soyouz transportant les Russes Sergueï Ryjikov et Sergueï Koud-Svertchkov ainsi que l’Américaine Kate Rubins a atterri à 04h55 GMT à environ 150 km au sud-est de la ville de Zhezkazgan, dans le centre du Kazakhstan.

C’était la première mission de Sergueï Koud-Svertchkov, ancien militaire, et la deuxième pour Sergueï Ryjikov, ancien pilote militaire, et pour Kate Rubins, biologiste moléculaire. Cette dernière, qui avait été durant sa mission de 2016 la première personne à séquencer de l’ADN dans l’espace, a été accueillie avec des fleurs par l’ancien cosmonaute Iouri Malentchenko, qui attendait l’équipage à son arrivée. Durant cette dernière mission, elle a continué les activités de séquençage, travaillé sur des expériences sur le système cardiovasculaire, et observé... la croissance de radis qui ont été récoltés pour être analysés sur Terre, selon un communiqué de la NASA.

Équipage de l’ISS

Depuis une décennie, l’équipage de l’ISS varie en fonction des arrivées et des départs, oscillant le plus souvent entre trois et six membres, mais parfois plus. Il restait samedi sept personnes à bord. Parmi elles, les deux Russes et l’Américain qui avaient décollé le 9 avril, lors d’un vol également destiné à célébrer le 60e anniversaire du vol de Youri Gagarine, premier homme dans l’espace.

Mais le monopole russe des envols vers l’ISS a été brisé par SpaceX, l’entreprise américaine d’Elon Musk. Celle-ci est devenue l’an dernier la première entreprise privée à envoyer avec succès une équipe à bord de la Station spatiale internationale, redonnant aux Américains la capacité d’accomplir cet exploit, pour la première fois depuis la fin du programme de navettes spatiales «Shuttle».

La deuxième mission de SpaceX vers l’ISS portera la semaine prochaine à 11 le nombre de personnes à bord de la station, avec l’arrivée des Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, du Japonais Akihiko Hoshide et du Français Thomas Pesquet. La NASA a par ailleurs annoncé vendredi soir avoir choisi SpaceX pour envoyer les prochains astronautes américains sur la Lune.

(AFP)

Votre opinion