Hockey sur glace - Après trois années radieuses, le HC Bienne a connu son premier coup d’arrêt
Publié

Hockey sur glaceAprès trois années radieuses, le HC Bienne a connu son premier coup d’arrêt

La saison du HC Bienne s’est terminée abruptement vendredi à Rapperswil (défaite 3-1). Balayés 2-0 dans la série, les Seelandais ont bouclé l’exercice en queue de poisson. Le directeur sportif Martin Steinegger aura du boulot, notamment au niveau de la composition de la légion étrangère.

par
Cyrill Pasche, Rapperswil

Rapperswil n’a fait qu’une bouchée du HC Bienne alors que 22 points séparaient pourtant les deux formations durant la saison régulière. La raison est assez simple. Les Saint-Gallois, qui certes n’avaient absolument rien à perdre, ont joué comme une véritable équipe de play-off: de la solidarité, de la hargne, de l’abnégation. «On était en mission», a dit le Villardou Igor Jelovac, défenseur d’une équipe de Rapperswil larguée au 10e rang à l’issue de la saison régulière.

Sans rien enlever au mérite des Lakers, ceux-ci ont davantage remporté une «demi-finale et une finale de Coupe» pour la première fois depuis le titre de 2018 (vainqueur en finale contre Davos) plutôt que décroché, dans les règles de l’art, une véritable première qualification pour les play-off depuis 2008…

Du talent, mais pas de caractère

Le HCB a fait tout l’inverse: supérieurs techniquement, les Biennois ont laissé leur caractère au vestiaire. L’équipe la plus valeureuse, la plus combattante, la plus déterminée et la plus «smart», s’est imposée.

Les Biennois n’ont pas été capables d’encaisser la moindre charge adverse et ont passé leur temps à se plaindre auprès des arbitres, notamment dans les 18 dernières minutes de jeu de leur saison, lorsqu’il était avant tout question d’égaliser après avoir encaissé le 2-1 à la 42e minute.

Deux buts en 120 minutes

Comment remporter un seul match de pré play-off avec une telle attitude? Et que dire, surtout, de la production offensive? Melvin Nyffeler est un excellent gardien, c’est vrai. Mais marquer deux misérables buts face à une équipe qui en a encaissé 180 durant le championnat régulier, il fallait tout de même le faire.

«Marquer des buts et tuer un match, cela a déjà été notre grand problème durant toute la saison», a grogné le directeur sportif Martin Steinegger, aussi bouillant qu’une cocotte-minute dans les instants qui ont suivi l’élimination seelandaise.

Marquer des buts, une mission généralement attribuée aux renforts étrangers. Le HCB, pour le coup, était sacrément mal servi durant ce pré-playoff ainsi qu’une grande partie de la saison. C’est certain, l’absence de Marc-Antoine Pouliot pour cause de quarantaine est tombée au plus mauvais moment. Quant au Finlandais Toni Rajala, il a été transparent durant les deux matches de la série et a même touché le fond vendredi soir à Rapperswil.

Une légion étrangère trop faible

Les deux autres attaquants, le Norvégien Mathias Trettenes (prêté par le HC La Chaux-de-Fonds) et l’Autrichien Konstantin Komarek, ont fait ce qu’ils ont pu avec des moyens limités à ce niveau de la compétition. Derrière, le Finlandais Petteri Lindbohm ne justifie pas - ou plus - une place dans l’alignement.

Martin Steinegger doit certainement s’en douter: il ne pourra plus se permettre, la saison prochaine et les suivantes, d’aligner une légion étrangère aussi faible que celle-ci. Le HCB doit impérativement améliorer son recrutement hors du pays.

Après trois années marquées par les succès - 3e en 2018, 4e en 2019, 5e en 2020 et deux participations aux demi-finales (2018, 2019) -, le HC Bienne vient de subir son premier coup d’arrêt. Des joueurs importants vont s’en aller dans d’autres équipes (Jason Fuchs à Lausanne, Samuel Kreis à Zoug, Marc-Antoine Pouliot est pressenti à Genève).

Fin de cycle? Peut-être que oui. L’occasion, aussi, de reprendre son élan et de bâtir une nouvelle dynamique. Avec davantage de caractère et de meilleurs étrangers pour commencer.

Le match en détail ici: «Rappi» crée la sensation et élimine le HC Bienne

Votre opinion