Actualisé 02.12.2018 à 11:04

Archéologie: la Suisse a restitué… de la camelote

Flop

Il y a dix jours, la Suisse a remis 26 objets archéologiques à l’Égypte. Or c’était de la camelote bon marché pour touristes, affirme un expert.

par
R.M.
1 / 4
Les 26 biens archéologiques remis à l'Égypte. 25 seraient de grossières reproductions modernes, affirme un spécialiste allemand.

Les 26 biens archéologiques remis à l'Égypte. 25 seraient de grossières reproductions modernes, affirme un spécialiste allemand.

Office fédéral de la culture
Les pièces ont été restituées le 21 novembre dernier.

Les pièces ont été restituées le 21 novembre dernier.

Office fédéral de la culture
Certaines pièces ont des milliers d'années, écrivait alors l'Office fédéral de la culture.

Certaines pièces ont des milliers d'années, écrivait alors l'Office fédéral de la culture.

Office fédéral de la culture

Le 21 novembre, l’Office fédéral de la culture (OFC) annonçait avoir remis 26 «biens culturels archéologiques» à l’Ambassade d’Égypte à Berne. On y trouvait, pouvait-on lire, «une statuette du dieu Anubis, 12 ouchebti (statuettes funéraires) et diverses amulettes, représentant entre autres l’œil d’Horus et le Pilier Djed.» Des objets, était-il précisé, qui «datent d’entre le 3e millénaire av. J.-C. et le 4e siècle av. J.-C.» Or ces biens archéologiques ne seraient ni anciens ni authentiques: c’est de la vraie camelote, affirme un expert dans le «SonntagsBlick»

«25 sont des imitations»

Historien de l’art, égyptologue et curateur du musée August-Kestner de Hanovre, en Allemagne, Chistian E. Loeben est tellement certain de son fait qu’il ne s’embarrasse pas du conditionnel. Sur les 26 pièces restituées, «25 sont clairement des imitations modernes et bon marché», tranche ce spécialiste dans le journal dominical alémanique.

Selon lui ces imitations sont vendues à bas prix aux touristes en Égypte. Et elles sont tellement grossières que les vendeurs ne font pas semblant de proposer des antiquités: le vendeur comme l’acheteur sait qu’il s’agit de simples reproductions, de souvenirs proposés contre quelques sous.

«Un flop gênant»

Pour Chistian E. Loeben, la restitution effectuée représente donc un pur gaspillage de temps et d’argent. Et il estime que la crédibilité de l’OFC se retrouve méchamment entachée. Quant au «SonntagsBlick», il taxe toute cette affaire de flop gênant.

Probablement saisies par les douanes, les 26 pièces «avaient été définitivement confisqués par les autorités des cantons de Lucerne et du Valais au terme de deux procédures pénales», avait communiqué l'OFC.

Alors? L'expert allemand a-t-il raison? Interrogé, l’OFC ne se prononce pas sur le fond. Mais explique que la police et les autorités égyptiennes ont été saisies pour savoir si on parle d’art ou de cochon.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!