Publié

ClimatArctique: les chercheurs scrutent la fonte des sols

L'accélération de ce processus inquiète au plus haut point les scientifiques.

Cette image satellite de la NASA du 15 septembre 2015 montre bien la fonte accéléree de la banquise.

Cette image satellite de la NASA du 15 septembre 2015 montre bien la fonte accéléree de la banquise.

Reuters

Au coeur de la toundra arctique aux buissons couleur d'automne, des chercheurs surveillent la fonte accélérée du sol gelé. Le phénomène préoccupe au plus haut point les climatologues.

Sous leurs pieds, le dégel du permafrost (ou pergélisol) s'accélère sous l'effet du dérèglement climatique, menaçant de dégager des gaz à effet de serre qui jusqu'ici étaient emprisonnés dans ces sols gelés. De quoi accélérer encore le réchauffement.

Depuis quelques années, la recherche mondiale a identifié une source supplémentaire de réchauffement dans ces sols qui couvrent un quart des terres de l'hémisphère nord.

Evaluer le risque

«On a parlé de 'bombe climatique', car le danger est d'avoir un dégazage rapide du pergélisol. Il faut évaluer le risque», explique le chercheur Florent Dominé. «Court-on vers une catastrophe ou juste une nouvelle source de CO2 à laquelle il va falloir faire face? Aujourd'hui, des études vont dans un sens, d'autres dans l'autre, mais dans tous les cas, aucune ne dit qu'on peut faire l'impasse.»

Ce phénomène a été «sous-étudié» et «il n'est même pas dans le dernier rapport du Giec», la synthèse de référence sur le climat, souligne ce spécialiste de la neige, qui mène un projet dans le Grand Nord canadien, au sein de l'unité de recherche Takuvik (CNRS-Université Laval de Québec).

Le CO2 démultiplié

Depuis deux ans, lui et son équipe sondent les sols, le rythme du dégel, les teneurs en carbone, les émissions qui en découlent. Car tout est là: comment la matière organique piégée depuis des millénaires dans un sol aussi dur que le ciment va-t-elle se décomposer? Va-t-elle émettre du CO2, ou du méthane, au pouvoir plus réchauffant?

«Si tout se transformait en CO2, on triplerait la concentration de CO2 dans l'atmosphère! Mais heureusement, une part du carbone va être évacuée sous forme de sédiments dans les rivières et l'océan. Et puis ce ne sera pas instantané», tempère le chercheur.

Le chercheur a déployé des instruments de mesure aux quatre coins d'un territoire immense: au sud en forêt boréale, et tout au nord sur les îles isolées de Ward Hunt et Bylot où seuls prospèrent les lichens. Entre les deux, à Umiujaq, village inuit en bord de la baie d'Hudson, l'unique route, de graviers, mène à une petite vallée, où il a posé ses capteurs.

Dans ce paysage de toundra aux courbes douces tapissées de mousses et d'arbustes, Florent Dominé montre une enfilade de mares, créées par l'affaissement du permafrost. Elles peuvent émettre 10 à 100 fois plus de CO2 que les sols. En Arctique, elles se comptent désormais par millions. «Le dégel du pergélisol ne fait que commencer», avertit le scientifique.

Question de la végétation

La dégradation du sol crée aussi des vallons: la végétation y croît à grande vitesse et «l'accumulation de neige agit comme un isolant, accélérant encore le dégel», soulignent les chercheurs de l'équipe.

«Nous voulons voir si cette végétation nouvelle, épicéas, bouleaux glanduleux protège le permafrost ou précipite sa fonte», explique Maria Belke-Bria, en mesurant le pouvoir réchauffant de la végétation avec un télédétecteur ultra-sensible. Un travail de fourmi qu'elle répétera pendant des mois, pour saisir les variations selon le type de plantes, l'exposition, la saison.

«La plupart des zones de dégel du pergélisol sont des sources de gaz à effet de serre», souligne Florent Dominé.

A ses côtés, Xavier Morel, doctorant associé au CNRS et à Météo France, recueille des échantillons de terre. En France, il travaille à la conception d'un modèle climatique intégrant le permafrost.

Domaine «difficile d'accès»

Déjà l'équipe alimente les bases de données internationales sur le pergélisol. Dès les années 60 et malgré la guerre froide, les experts du permafrost ont commencé à travailler en réseaux de la Russie aux Etats-Unis. L'alerte climatique a ravivé ces dernières années leur mobilisation, en dépit des difficultés.

«C'est peu étudié parce que difficile d'accès, ça coûte très cher», explique Florent Dominé, dont le projet est financé par l'Institut polaire français (IPEV), l'organisation canadienne CRSNG et la Fondation BNP Paribas.

Mais si les scientifiques espèrent affiner leurs prévisions, ils n'auront pas de recette à offrir. «On ne peut pas capter le carbone qui sortirait de 10 millions de km2!», conclut le chercheur, pour qui «ralentir le réchauffement climatique est la seule chose à faire».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!