Berne - Armée: vers une journée d’information obligatoire pour les femmes

Publié

BerneArmée: vers une journée d’information obligatoire pour les femmes

Le Conseil national a accepté un postulat qui vise à étendre aux femmes l’obligation de participer à la journée d’information sur l’armée et la protection civile. Mais il faudrait changer la Constitution.

par
Eric Felley
Viola Amherd a soutenu ce postulat dans l’objectif d’augmenter la part des femmes dans l’armée.

Viola Amherd a soutenu ce postulat dans l’objectif d’augmenter la part des femmes dans l’armée.

KEYSTONE

Mesdames, ce n’est pas encore fait, car il faudrait modifier la Constitution. Mais ce mercredi le Conseil national a approuvé un postulat de Stefanie Heimgartner (UDC/AG) pour rendre obligatoire aux femmes la journée d’information de l’armée. Cette conseillère nationale a servi elle-même dans l’armée suisse, notamment au Kosovo avec la Swisscoy. Elle défend les avantages de la mixité, ainsi que l’apport des femmes pour résoudre les problèmes d’effectifs. «Une question plus actuelle que jamais», a-t-elle précisé dans le contexte international. Son postulat a été accepté par 125 voix contre 64 non (PS et Vert.e.s)

«Il s’agirait d’un début…»

La volonté de mieux intégrer les femmes dans l’armée est un objectif prioritaire de la conseillère fédérale, Viola Amherd, qui soutenait le postulat. Pour l’élue de l’UDC: «Rendre la participation à la journée d’information obligatoire pour tous les Suisses et toutes les Suissesses ne revient pas à rendre le service militaire obligatoire pour les femmes. Il s’agirait toutefois d’un début, dans un contexte où il est sans cesse question d’égalité des sexes et d’égalité de traitement. Une participation obligatoire à la journée d’orientation aurait pour but de montrer au moins une fois à tous les Suisses et à toutes les Suissesses les possibilités qu’offre l’armée et d’inciter les femmes à accomplir le service militaire».

«Pas encore de vestiaires séparés!»

La socialiste Franziska Roth (PS/SO) a combattu «ce postulat qui n’a pas lieu d’être, car il faudrait d’abord modifier la Constitution». La Soleuroise estime que la question peut se poser, mais que l’armée suisse demeure profondément masculine, dans son état d’esprit, et peu préparée: «Je connais des femmes qui sont allées aux soirées d’information, mais qui ont été déçues de constater que l’armée est peu préparée pour ces soirées, et encore moins pour les différences de genre. Demander qu’elle soit obligatoire, c’est comme rendre des cours de natation obligatoire, alors que les vestiaires séparés ne sont pas encore prêts.»

Une décision d’ici 2024

Viola Amherd est intervenue pour soutenir la proposition, précisant que l’idée fait déjà son chemin: «Le 4 mars 2022, le Conseil fédéral a chargé le DDPS d’examiner en profondeur l’introduction d’une journée d’information obligatoire pour les femmes et de la soumettre au Conseil fédéral pour décision, d’ici fin 2024».

Elle a ajouté: «Les efforts pour augmenter la proportion de femmes dans l’armée portent déjà leurs fruits. Cette année, nous avons pu recruter 65% de femmes de plus qu’auparavant. Pour être honnête, la proportion de femmes est encore faible en termes absolus, mais c’est quand même une augmentation de 65%, et c’est positif».

Ton opinion

18 commentaires