Haute-Savoie: Arrestation du présumé père infanticide de la petite Léa
Publié

Haute-SavoieArrestation du présumé père infanticide de la petite Léa

La police a mis la main sur le principal suspect de la mort de la petite Léa, retrouvée au domicile de son père, à Thonon, en mai.

Cédric M.

Cédric M.

Capture d'écran de l'avis de disparition

Cédric M. était en cavale depuis six mois. Cet homme, suspecté d'avoir tué sa fille de trois ans, a été interpellé dans la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur, en France, selon Le Dauphiné libéré. Le journal affirme qu'il aurait été géolocalisé en se procurant des images de sa fille, via internet.

Selon l'AFP, Cédric M. devrait être présenté à un juge d'instruction d'Annecy dans «plusieurs jours» en raison des procédures inhérentes à une arrestation qui s'est déroulée à plus de 200 kilomètres de là.

La petite Léa avait été retrouvée sans vie, le 23 mai dernier, au domicile de son père, à Margencel, près de Thonon-les-Bains, en France. Cédric M. n'avait pas ramené sa fille à sa femme, dont il était séparé, après un week-end de garde. La jeune femme s'était inquiétée et avait contacté la gendarmerie. Malgré d'intenses recherches et un avis de disparition, l'homme n'avait pas été retrouvé. Selon le quotidien français, la question demeurait de savoir s'il s'était rendu à l'étranger, notamment en Suisse où il avait travaillé, ou dans le Nord de la France, sa région d'origine.

Il était menaçant

Selon Le Matin, qui avait obtenu le témoignage de la mère de Léa, Cédric M. avait en effet travaillé à Lausanne. Il avait harcelé son ancienne compagne après leur séparation et, dans une lettre terrible, avait avoué avoir tué sa fille pour blesser son ex. «Allez sois la plus malheureuse possible», écrivait-il ainsi à la fin de sa missive.

La jeune femme avait confié au quotidien orange, en août: «La haine et la colère, c’est ce qui me tient debout. La force, je la trouve pour elle.»

Votre opinion