Syrie: Assad accepterait une élection présidentielle

Publié

SyrieAssad accepterait une élection présidentielle

Selon un député russe, le président syrien serait prêt à se soumettre à la vox populi. Mais sous conditions.

1 / 111
Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Keystone
Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

AFP
AFP

Le président syrien Bachar el-Assad s'est dit prêt à organiser une élection présidentielle en Syrie, a déclaré un député russe se trouvant à Damas. Toutefois, il faut que le pays ait auparavant été «libéré» des combattants du groupe Etat islamique (EI).

«Il est prêt à organiser des élections avec la participation de toutes les forces politiques qui veulent que la Syrie prospère», mais seulement une fois que la Syrie aura été «libérée» des djihadistes du groupe Etat islamique (EI), a indiqué Alexandre Iouchtchenko à l'issue de sa rencontre avec le président syrien.

«Assad a dit que si les Syriens jugent que c'est nécessaire, il ne s'opposerait pas à une élection présidentielle», a déclaré Alexander Iouchtchenko, cité par l'agence de presse RIA. Il a l'intention d'y participer «si le peuple n'y est pas opposé». Le député russe avait auparavant participé à une rencontre d'une heure et demie entre le président Assad, plusieurs députés russes et d'autres personnalités.

Couverture aérienne russe

Samedi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déclaré qu'il était temps de se préparer à des élections en Syrie. Il estimait que la position occidentale semblait changer et aller «vers une compréhension plus juste» de la situation en Syrie.

Il avait également déclaré que les forces russes en Syrie étaient prêtes à fournir une couverture aérienne aux forces de l'opposition combattant l'EI, une première dans le discours de Moscou.

(ats/afp)

Ton opinion