Syrie: Assad promet de faire en sorte que la trêve «fonctionne»

Publié

SyrieAssad promet de faire en sorte que la trêve «fonctionne»

Le président syrien affirme dans une interview que «l'armée syrienne s'est abstenue de toutes représailles pour maintenir les chances de survie de l'accord» .

1 / 125
Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont déclarés prêts, lors d'une conversation téléphonique, «à intensifier la coordination» militaire entre les deux pays en Syrie, a annoncé le Kremlin. (Mercredi 6 juillet 2016)

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont déclarés prêts, lors d'une conversation téléphonique, «à intensifier la coordination» militaire entre les deux pays en Syrie, a annoncé le Kremlin. (Mercredi 6 juillet 2016)

Keystone
Pour la première fois depuis 2012, un convoi humanitaire, composé de 37 camions, est parvenu à ravitailler les villes de Zamalka et Erbine dans les environs de Damas en Syrie.

Pour la première fois depuis 2012, un convoi humanitaire, composé de 37 camions, est parvenu à ravitailler les villes de Zamalka et Erbine dans les environs de Damas en Syrie.

Keystone
Des rebelles syriens ont progressé en direction d'une importante ville frontalière avec l'Irak. Ils se sont emparés d'une petite base aérienne tenue par l'Etat islamique (EI). (Image d'illustration, 13 mars 2014)

Des rebelles syriens ont progressé en direction d'une importante ville frontalière avec l'Irak. Ils se sont emparés d'une petite base aérienne tenue par l'Etat islamique (EI). (Image d'illustration, 13 mars 2014)

Keystone

Bachar el-Assad s'est exprimé à la télévision publique allemande ARD, dont des extraits ont été publiés mardi.

«Nous ferons ce qui dépend de nous pour que tout cela fonctionne», a déclaré Bachar el-Assad, dans cette interview qui sera diffusée dans son intégralité mardi soir à 20h15 et dans laquelle il propose également «un retour à la vie civile» et «une amnistie complète» aux combattants de l'opposition déposant les armes.

Concernant la trêve, «les terroristes l'ont rompue dès la première heure», a dit Bachar el-Assad. Mais, a-t-il ajouté, «l'armée syrienne s'est abstenue de toutes représailles pour maintenir les chances de survie de l'accord». «Tout a ses limites. Cela dépend de l'autre camp», a-t-il cependant mis en garde.

«La chose la plus importante pour moi»

Le président syrien affirme aussi vouloir accorder «une amnistie complète» aux combattants de l'opposition qui déposeraient les armes. «La chose la plus importante pour moi, légalement et constitutionnellement, en me fondant sur l'intérêt du peuple syrien et les principes qui régissent tout Etat, c'est que l'on n'est pas autorisé en tant que citoyen à détenir des armes à feu et à porter atteinte aux gens ou aux biens», a déclaré Bachar el-Assad.

Dans cette interview, il qualifie de «désastre humanitaire» la situation de la population syrienne, contestant que ses troupes empêchent la livraison de vivres ou de médicaments dans les zones contrôlées par l'opposition. «Comment pourrions-nous priver ces zones de vivres alors que nous ne parvenons pas à empêcher l'approvisionnement en armes ?», a-t-il dit.

La trêve entre régime et rebelles est généralement respectée depuis samedi malgré quelques accusations de violations et les équipes de l'ONU ont pu livrer lundi de l'aide à l'une des villes assiégées.

(ats)

Ton opinion