Hockey sur glace: Asselin: «Désormais, je peux montrer qui je suis»

Publié

Hockey sur glaceAsselin: «Désormais, je peux montrer qui je suis»

Auteur de six points depuis la reprise avec Ajoie, le Québécois mène actuellement le bal au classement des pointeurs de National League.

par
Julien Boegli
(Porrentruy)
Guillaume Asselin (à g.) mène actuellement le bal au classement des pointeurs de National League.

Guillaume Asselin (à g.) mène actuellement le bal au classement des pointeurs de National League.

Pascal Muller/freshfocus

Sur le marché des joueurs étrangers, Guillaume Asselin n’est pas encore considéré comme une valeur sûre. Débarqué à Porrentruy en provenance de Sierre, où il cartonnait jusque-là en Swiss League, suite à la promotion ajoulote, le Québécois n’a pas eu véritablement l’occasion de prouver ce qu’il valait lors de son premier concours dans la grande ligue.

Écarté du jeu très tôt l’automne passé en raison d’adducteurs douloureux, l’ailier a alors manqué les deux premiers mois de compétition. «Cela reste sans nul doute la pire année de ma carrière, aussi bien sur le plan individuel que collectif», relève-t-il sans grande surprise.

Son retour au jeu, il l’a effectué fin novembre, au moment où sa formation sombrait corps et âme sur la glace. «Revenir en plein championnat n’a pas été évident. Il a fallu trouver mes marques à une période où les équipes ont déjà considérablement haussé leur niveau de jeu, en termes de vitesse et d’impact physique. Et j’avais toujours cette blessure dans un coin de ma tête qui m’empêchait de me donner à 100%.»

Une année de vérité

Il se contentera alors d’une demi-saison (27 matches, 7 buts et 6 assists). Libéré de cette souffrance physique et mentale, Asselin peut enfin révéler son véritable potentiel. Il sait qu’il joue gros cette année. Avec un contrat qui arrive à échéance au terme de l’exercice, c’est maintenant où jamais qu’il doit légitimer sa place dans l’élite et faire taire ces voix qui ne le considèrent pas suffisamment influent dans le jeu. Tout cela, Guillaume en a parfaitement conscience: «Chacun possède un but individuel qu’il doit intégrer dans un objectif collectif. C’est un beau challenge personnel. Oui, c’est une année importante pour moi comme pour l’équipe.»

«Là, je me sens juste moi-même, je peux montrer qui je suis.»

Guillaume Asselin, ailier du HC Ajoie

Après quatre journées, l’attaquant, aligné aux côtés du Canadien Frédérik Gauthier et de Kévin Bozon, a déjà apporté quelques indications intéressantes. Auteur de deux réussites et quatre passes décisives, il a pris la tête du classement des pointeurs de NL, position qu’il partage avec Fabio Hofer (Bienne), Matej Stransky (Davos) et Brian O’Neill (Zoug). «Je me suis ressourcé durant l’été et cela m’a fait le plus grand bien. Là, je me sens juste moi-même, je peux montrer qui je suis. Quoi qu’il advienne au terme de la saison, je veux pouvoir dire que j’ai tout donné et ne pas ressentir le moindre regret. Si personne ne me veut, j’aurai alors la conscience tranquille.»

Vendredi, lors de la défaite concédée en prolongation face à Ambri (4-5), le numéro 38 a livré une passe décisive (un but du patin contre son camp d’Isacco Dotti sur le 1-3 attribué à Bakos) et s’est fait l’auteur d’une réalisation (inscrite involontairement du patin sur le 3-4.) La réussite qui l’a boudé il y a douze mois semble désormais l’accompagner. Grâce à lui, grâce à Phil-Michaël Devos également (quatre assists vendredi soir), le HC Ajoie a réalisé un retour en force après être totalement passé au travers de son premier quart d’heure (0-3). Les Jurassiens ont malgré tout manqué la passe de trois.

Un mauvais souvenir

Mais pour Guillaume, il s’agit «d’un bon point, un point qui compte. En même temps, on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes de ne pas avoir engrangé davantage. Pendant 15 minutes, on les a laissés tourner dans notre zone, on les a regardés.» Ajoie n’a simplement pas suivi les directives imposées par le coaching staff. «Mais notre esprit d’équipe nous a permis de revenir dans le match. Ça, c’est le côté positif de cette soirée.»

Dans un contexte similaire, le HCA version 2021/22 n’aurait jamais accompli une telle remontée. «Jamais de la vie! Et je le dis en toute honnêteté. Tout ce qu’on aurait pris au final, c’est une claque. Là, on prend un point. À 0-3, personne ne baissait la tête sur le banc ou ne semblait prêt à plier bagage.»

De quoi tirer certains enseignements avant le déplacement de samedi chez le double champion en titre. «On a vu face à Ambri ce qu’il advient lorsque tout le monde n’est pas focus à 100% dès le départ. On sait que l’on n’a pas le talent pour se permettre d’entrer dans un match sans un maximum de sérieux et de concentration.»

Ce déplacement à la Bossard Arena rappelle quoi qu’il en soit de bien tristes souvenirs à l’escouade ajoulote. Le vendredi 28 janvier, elle atteignait le fond du gouffre, s’inclinant sur la marque de 11-0. La défaite de trop pour le duo Gary Sheehan/Vincent Léchenne, congédiés dans l’enchaînement.

«Quand on est l’outsider, la pression ne peut être que positive. Pour ce duel, tout le monde s’attend à une victoire adverse. On ira là-bas comme à Lugano en ouverture de saison. On va montrer notre caractère», assure Asselin. En cas de succès, Ajoie, cinquième, repasserait devant son adversaire du soir au classement. Juste pour replacer les choses dans leur contexte…

Ton opinion