Covid-19 - AstraZeneca: une présentatrice de la BBC meurt après avoir été vaccinée
Publié

Covid-19AstraZeneca: une présentatrice de la BBC meurt après avoir été vaccinée

Lisa Shaw a perdu la vie à 44 ans. Sept jours après sa vaccination, elle avait commencé à ressentir de violents maux de tête.

par
Laurent Siebenmann
Lisa Shaw, 44 ans, était une présentatrice très appréciée de BBC Radio Newcastle.

Lisa Shaw, 44 ans, était une présentatrice très appréciée de BBC Radio Newcastle.

DR

Lisa Shaw, présentatrice de la radio BBC, est décédée à 44 ans, quelques jours seulement après avoir reçu une dose de vaccin AstraZeneca, indique la chaîne nationale britannique. Selon nos confrères, le certificat de décès précise que, si rien n’est encore prouvé, la vaccination peut être une cause possible s’agissant de la mort de la journaliste. Une enquête a été ouverte.

Selon la famille de la défunte, Lisa Shaw a été victime de graves maux de tête, sept jours après avoir reçu son vaccin AstraZeneca, et est tombée gravement malade, quelques jours plus tard: «Elle a été traitée pour des caillots sanguins et des saignements intracrâniens par l’équipe des soins intensifs de l’hôpital Royal Victoria.» La présentatrice de la BBC est décédée, entourée de sa famille, vendredi après-midi dernier.

«Tout le monde à la BBC est dévasté et pense à la charmante famille de Lisa. Elle était une collègue de confiance, une brillante présentatrice, une merveilleuse amie, une épouse et une mère aimante, a déclaré Rik Martin, rédacteur en chef par intérim de BBC Radio Newcastle. Elle adorait être à la radio et était aimée de notre public. Nous avons perdu quelqu’un de spécial qui comptait beaucoup pour beaucoup de gens.»

Le secret des caillots sanguins découvert?

Des scientifiques allemands affirment avoir compris pourquoi les vaccins anti-Covid d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson provoqueraient, dans de rares cas, des caillots sanguins. Selon eux, le problème vient d’un adénovirus commun au rhume utilisé pour amener le corps à générer une réponse immunitaire. Envoyé dans les noyaux cellulaires, des parties de cet adénovirus se détacheraient et créeraient des versions mutées qui provoqueraient les fameux caillots.

Votre opinion