Grèce: «Athènes fera son retour sur les marchés en 2017»
Publié

Grèce«Athènes fera son retour sur les marchés en 2017»

Depuis 2010, le pays n'a plus accès aux marchés. Une situation qui devrait changer, selon le premier ministre Alexis Tsipras.

Le Parlement grec a récemment adopté deux réformes sur les retraites et la fiscalité, demandées par les créanciers.

Le Parlement grec a récemment adopté deux réformes sur les retraites et la fiscalité, demandées par les créanciers.

Archives, Keystone

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a jugé que la Grèce pourra faire en 2017 son retour sur les marchés, selon des déclarations publiées dimanche par l'hebdomadaire RealNews. Son accès lui avait été barré en 2010.

«Nous retournerons sur les marchés en 2017», a affirmé Alexis Tsipras dans cet entretien. S'il continue de se financer en partie via des bons du trésor à court terme, le pays n'a plus accès aux marchés de capitaux à long et moyen terme depuis le début de la crise de la dette en 2010, à l'exception de deux brefs retours en 2014.

Athènes a conclu, en juillet 2015, un accord pour un troisième prêt avec ses bailleurs de fonds, l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI). Le gouvernement attend désormais le feu vert, le 24 mai, des ministres des Finances de la zone euro pour le versement de nouvelles tranches de ces fonds.

Robinet ouvert

Après l'adoption par la Grèce de deux douloureuses réformes des retraites et de l'impôt sur le revenu, les grands argentiers de la zone euro ont ouvert la voie en ce sens lors d'une réunion lundi. Ils se sont aussi engagés à discuter d'un allègement de la dette grecque.

Alexis Tsipras s'emploie depuis à annoncer une prochaine sortie de crise pour le pays et à appeler à un retour des investisseurs. Les modalités qui seront finalement retenues pour un allègement de la dette doivent «faciliter le retour de la Grèce sur les marchés dans le courant de l'année prochaine», a pour sa part souligné samedi son numéro deux, le vice-premier ministre Ioannis Dragasakis, dans un entretien au quotidien économique Naftemboriki.

(ats)

Votre opinion