Actualisé

Crise de la detteAthènes veut adoucir le plan de rigueur

La nouvelle coalition gouvernementale grecque cherchera à freiner les licenciements. Elle veut aussi prolonger de deux ans la période d’application du plan de redressement imposé au pays.

Le conservateur Antonis Samaras a été nommé Premier ministre le 20 juin dernier.

Le conservateur Antonis Samaras a été nommé Premier ministre le 20 juin dernier.

AFP

La nouvelle coalition gouvernementale grecque cherchera à freiner les licenciements. Elle veut aussi prolonger de deux ans la période d’application du plan de redressement imposé au pays. Le nouveau Premier ministre Antonis Samaras a en outre été opéré avec succès.

Le document publié par le gouvernement de coalition grec dirigé par M. Samaras a promis de «réviser» le plan de sauvetage de la Grèce avec une «extension de la période d’ajustement budgétaire d’au moins deux ans», jusqu’en 2016.

Le but serait d’atteindre les objectifs budgétaires «sans réductions supplémentaires des salaires, des retraites et de l’investissement public», indique le texte. Celui-ci annonce aussi un gel des licenciements dans la fonction publique et un coup de pouce aux allocations chômage.

«L’objectif est d’éviter les licenciements des personnels permanents, mais aussi d’économiser un montant non négligeable en coûts non salariaux de fonctionnement et d’avoir moins de bureaucratie», ajoute le document.

La nouvelle administration va aussi revoir les réductions de salaire minimum et les mesures prises début 2012 pour favoriser les suppressions d’emploi dans le secteur privé. Elle a également indiqué que les accords de conventions collectives allaient retourner «aux niveaux définis par les lois sociales en vigueur et les acquis européens».

Le document estime enfin que les employeurs et les syndicats devraient être autorisés à fixer le niveau du salaire minimum dans le secteur privé, qui a été abaissé de 22% à 586 euros en février dernier dans le cadre d’un paquet de mesures destinées à accompagner le deuxième plan d’aide international à la Grèce.

Opération réussie

Par ailleurs, M. Samaras a subi avec succès samedi une opération au laser sur un de ses yeux affecté par un décollement de rétine, a indiqué samedi la télévision publique grecque. Cette intervention a retardé des travaux parlementaires urgents en ces temps de crise.

M. Samaras, âgé de 61 ans, devrait sortir de l’hôpital dimanche et s’est bien rétabli de l’anesthésie, a précisé à la chaîne le porte-parole du gouvernement Simos Kedikoglou. Le Premier ministre avait dû annuler un discours qu’il devait prononcer la veille devant des députés. La date à laquelle doit se réunir le nouveau Parlement n’a pas encore été fixée.

Le nouveau ministre grec des Finances, Vassilis Rapanos, est lui aussi tombé malade au moment où la Grèce se prépare à accueillir lundi les experts de la «troïka», autrement dit l’Union européenne, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne. Ils doivent parler des réformes à conduire et permettre au pays surendetté de faire face à ses échéances financières.

M. Rapanos, qui avait eu un malaise vendredi avant sa prestation de serment, a subi des examens qui se sont révélés «très satisfaisants», mais reste hospitalisé en vue de poursuivre son traitement, a précisé dans un communiqué l’hôpital Hygeia à Athènes. Vassilis Rapanos, âgé de 64 ans, s’était plaint vendredi de nausées, de fortes douleurs abdominales et de vertiges.

(ats)

Votre opinion