11.08.2012 à 21:30

Londres 2012Athlétisme: Mo Farah imite Usain Bolt

Devant un public en délire, le Britannique est devenu l'égal d'Usain Bolt aux JO de Londres en remportant une deuxième médaille d'or individuelle, sur 5000 m.

Mo Farah a fait valoir son finish dévastateur au terme d'une formidable bataille tactique.

Mo Farah a fait valoir son finish dévastateur au terme d'une formidable bataille tactique.

Reuters

Les 80'000 spectateurs étaient debout pour acclamer leur héros, qui avait déjà remporté le 10'000 m huit jours plus tôt.

Farah a gagné en 13'41''66, le 5000 m le plus lent aux JO depuis 1966. Mais quel dernier tour (52'')! «Il a été plus difficile de remporter ce 5000 m que le 10'000 m, a révélé Farah. Aujourd'hui, je ressentais pas mal de fatigue dans les jambes.»

La tension était énorme entre les favoris, très proches les uns des autres et qui se surveillaient comme le lait sur le feu. Farah a produit une longue accélération sur 500 m et n'a plus été dépassé. L'Ethiopien Dejen Gebremeskel récolte l'argent (13'41''98) et le Kényan Thomas Longosiwa le bronze (13'42''36).

Auparavant, le désormais double médaillé d'or olympique s'était longtemps maintenu en queue de peloton, en dernière position même. Les temps de passage après 2 km et même encore 3 km (8'42) étaient plus lents qu'à un Championnat de Suisse. Chacun connaissait le poids de l'histoire qui pesait sur cette course.

Préparation californienne

Les experts britanniques avaient dit que si Farah réalisait le doublé, il pourrait être considéré comme le plus grand athlète britannique de l'histoire, dans un sport qui ne manque pas de grands noms.

Farah est le 7e homme à signer le doublé 5000-10'000 aux JO, après Kenenisa Bekele (Eth) en 2008, Miruts Yifter (Eth) en 1980, Lasse Viren (Fin) en 1972 et 1976, Vladimir Kuts (URSS) en 1956, Emil Zatopek (Tch) en 1952 et Hannes Kolehmainen (Fin) en 1912.

«Farah, c'est le genre de gars que vous imagineriez courir avec vous au club le mardi soir, quelqu'un de très populaire et réellement humble, qui est juste plus rapide que tout le monde», a relevé l'ancien recordman du monde du 5000 m Dave Moorcroft.

Déjà champion du monde en titre et triple champion d'Europe, Farah s'entraîne depuis l'an dernier en Californie sous la houlette de l'ancien champion de marathon Alberto Salazar, avec qui il a réalisé de gros progrès. Ce coureur d'origine somalienne, arrivé en Angleterre à l'âge de 11 ans et grand fan d'Arsenal, se prépare régulièrement dans l'Est de l'Afrique.

Après le 10'000 m, pour faciliter sa récupération, il avait suivi une séance en chambre de cryothérapie, une thérapie par le froid par une température de - 90 degrés... De quoi être chaud sur la piste pour son 5000 m, quelques jours plus tard!

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!