Publié

tennisATP - Federer, grand maître de "Cincy", donne rendez-vous à l'US Open (COMPTE RENDU)

Cincinnati (Etats-Unis), 23 août 2015 (AFP) - A huit jours du début de l'US Open (31 août-13 sept), Roger Federer a marqué les esprits, notamment celui du N.1 mondial Novak Djokovic qu'il a dominé en finale du Masters 1000 de Cincinnati dimanche.

A "Cincy", Federer est quasiment chez lui: le Suisse a remporté l'épreuve pour la septième fois de sa carrière, dix ans après son premier sacre. Grâce à ce succès sans appel 7-6 (7/1), 6-3, il a empoché le 87e titre de sa carrière, le 24e dans un Masters 1000, et va reprendre lundi la 2e place du classement ATP à Andy Murray. Il a, également, repris l'avantage au bilan de ses confrontations avec Djokovic: il mène désormais par 21 victoires, contre vingt pour le Serbe, alors qu'il restait sur trois défaites consécutives. Mais plus encore que ces chiffres, ce qui donne le tournis, à Djokovic et aux autres dont Andy Murray surclassé en demi-finale la veille, est le niveau du tennis pratiqué par l'ancien N.1 mondial. Pour son tournoi de reprise, après sa défaite en finale de Wimbledon face à... Djokovic 7-6 (7/1), 6-7 (10/12), 6-4, 6-3, il a maîtrisé son sujet de bout en bout. Très affûté physiquement, le joueur aux 17 titres majeurs a dominé ses adversaires grâce à la solidité de son service et à la variété de ses coups. Il a même instillé à son jeu un brin de folie: sur la 2e balle de service de son adversaire, il rentre désormais résolument dans le terrain, quasiment dans le carré de service. Federer, 34 ans, a ainsi tenté le coup, avec succès, dans le jeu décisif de la première manche et Djokovic, surpris, s'est retrouvé mené 4-1. Après avoir bouclé la première manche en 53 minutes, "Fed" a pris le service de Djokovic d'entrée, bien aidé par les trois doubles fautes du N.1 mondial, touché au moral. A 2-0, puis 4-1, "Djoko" a tenté d'accélérer le jeu, mais n'a jamais déstabilisé Federer qui a remporté la finale sur un jeu blanc et une dernière faute directe de son adversaire. "Il faudra que j'attende que Roger prenne sa retraite pour gagner ici", a souri Djokovic qui s'est incliné pour la cinquième fois en finale à "Cincy" et a manqué l'occasion de devenir le premier joueur de l'histoire à remporter tous les Masters 1000 au calendrier. "Ce n'était pas mon jour", a-t-il admis. Cette défaite survient une semaine tout juste après son revers en finale à Montréal, cette fois face à Murray. Sa saison reste impressionnante: il a atteint la finale des neuf grands rendez-vous de l'année qu'il a disputés, trois fois en Grand Chelem et six fois en Masters 1000! Il a remporté l'Open d'Australie et Wimbledon, il s'est imposé à Indian Wells, Miami, Monte-Carlo et Rome et son "pire" résultat en 2015 est son quart de finale à Doha en début de saison. Mais Murray et Federer aborderont l'US Open remontés et débarrassés de leurs mauvais souvenirs face à lui. "Je prends beaucoup de plaisir à jouer ce tennis offensif, à monter au filet, à agresser mes adversaires sur leur 2e balle de service, c'est le tennis que j'aime", a prévenu Federer. "A New York, les conditions seront différentes, je n'ai pas joué de finale là-bas depuis 2009, mon but est vraiment d'aller en finale", a-t-il clamé. Dans cette forme-là, il pourrait même mettre fin à trois années d'insuccès en Grand Chelem. Son dernier titre majeur remonte à 2012, une éternité pour lui. jr/pyv

(AFP)

Votre opinion