05.05.2013 à 16:47

TennisATP - Madrid: Federer, du bon usage de la pause (MAGAZINE)

Par Christophe LEHOUSSE MADRID, 05 mai 2013 (AFP) - Vainqueur à Madrid l'an dernier, le Suisse Roger Federer, N.2 mondial, revient dans la capitale espagnole après une pause réparatrice de sept semaines dont il espère qu'elle l'aidera à oublier un début de saison pour le moment vierge de titres.

Après avoir rencontré des problèmes de dos à Indian Wells, où il a notamment été éliminé en quarts par le revenant Nadal, Federer avait en effet décidé de faire un break devant l'aider à repartir du bon pied pour le reste de la saison. L'objectif: retrouver cette étincelle qui lui a jusqu'ici manqué pour décrocher un titre à l'Open d'Australie ou encore à Dubai (deux éliminations en demi-finale). Ce n'est pas la première fois que le Suisse, intelligent gestionnaire de sa carrière, procède de la sorte: en octobre 2009, après une saison faste marquée par ses titres à Roland-Garros et Wimbledon, et en 2011, juste avant le Masters de Shanghai, il avait déjà ressenti la nécessité de recharger ses batteries. A chaque fois, le natif de Bâle était revenu plus fort, prêt à poursuivre sa moisson de 76 titres glanés jusqu'ici. "J'espère que cela me réussira aussi cette fois-ci. Ce que je sais en tout cas, c'est que je peux faire un break et revenir plus fort, alors qu'en général, ce qui prédomine chez les joueurs, c'est la peur de passer à côté de certains tournois", analysait dimanche le Suisse en conférence de presse. A 31 ans, cela fait en tout cas longtemps que l'homme aux 17 titres en Grand Chelem a dépassé ce genre de craintes. "C'est vrai que se mettre hors jeu durant six, sept semaines, cela peut faire peur, parce qu'on pourrait penser aux 10 ou 12 tournois qui se déroulent pendant ce temps et dont vous pourriez être l'un des vainqueurs. Mais je n'ai aucun problème à faire abstraction de cela", renchérissait-il. S'il ne veut pas trop s'avancer sur les bienfaits de cette pause sur le court, Federer se félicite déjà de cette interruption sur son état physique. Les problèmes de dos, qui l'avaient diminué à Indian Wells, sont ainsi envolés. "J'ai mis un certain temps à m'en débarrasser, mais maintenant je me sens bien. J'ai à la fois pu bien me reposer et travailler dur. Je suis maintenant prêt à entrer dans le tunnel qui va m'emmener presque jusqu'à l'US Open". De quoi l'amener à renouer avec la victoire dès Madrid, où il défend son titre? Le Bâlois, peu habitué aux effets d'annonce, préfère s'en remettre à la vérité des courts. Et le retour à la terre battue rouge après l'innovation très contestée d'un bleu qui lui avait porté chance, n'est pas du genre à le désarçonner. "C'est quelque chose que je peux comprendre dans la mesure où il y a eu beaucoup de critiques l'année dernière sur la couleur, mais aussi sur la qualité des courts, qui étaient très glissants", expliquait-il avec son flegme habituel. Même si le manque de qualité des courts n'avait pas gêné le Suisse, sans doute moins brutal dans ses changements de rythme qu'un Nadal ou un Djokovic, il ne voyait ainsi aucune objection à revenir au rouge traditionnel. "D'après ce que j'entends de la part des joueurs, les courts sont cette année de très bonne qualité. Le spectacle n'en sera donc que meilleur". Opposé au premier tour au vainqueur de la rencontre entre l'Australien Bernard Tomic et le Tchèque Radek Stepanek, Federer ne devrait pas tarder à pouvoir évaluer les effets de son break printanier. cle/cyb/alh

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!