Publié

TennisATP - Paris-Bercy : Novak Djokovic abat la résistance de David Ferrer

PARIS, 03 nov 2013 (AFP) - Le N.2 mondial Novak Djokovic a remporté le Masters 1000 de Paris-Bercy pour la deuxième fois de sa carrière, après 2009, en sortant vainqueur en deux sets 7-5, 7-5 d'un terrible bras de fer avec David Ferrer (N.3), le tenant du titre, en finale dimanche.

Au moins autant que de son talent, le Serbe a fait étalage de sa force mentale pour obtenir le 16e titre de sa carrière dans des tournois de cette catégorie, qui lui permet de conserver une chance de finir la saison à la place de N.1 mondial. Pour cela, il devra conserver cette semaine à Londres les 1500 points de sa victoire de l'an passé au Masters - ce qui implique qu'il gagne ses cinq matches - et compter sur une grosse défaillance de Rafael Nadal. Irrésistible pendant neuf mois, l'Espagnol avait succédé à Djokovic au sommet du classement mondial début octobre. Mais le Serbe s'est accroché, grâce à une fin de saison exceptionnelle. A Paris, il s'est adjugé son troisième tournoi successif, après ceux de Pékin et de Shanghai. Il a gagné ses 17 derniers matches, depuis sa défaite en finale de l'US Open face à Nadal en septembre. Comme face à Roger Federer samedi en demi-finale, Djokovic a dû livrer un farouche combat face à Ferrer, qui ambitionnait de devenir le premier joueur à réussir le doublé à Bercy depuis la création du tournoi en 1986. L'Espagnol, qui s'est mué au fil de sa carrière en un joueur très complet, après avoir été à la base un spécialiste de la terre battue, s'est comme à son habitude défendu avec acharnement. Ferrer a bousculé le Serbe en l'agressant sur chaque coup, pour breaker le premier et mener 3-2 dans le premier set. D'abord sur le reculoir, Djokovic a dû produire un violent effort pour aligner quatre jeux d'affilée à partir de 5-3 et reprendre son destin en mains. Il a payé cette débauche d'énergie en perdant son service dès le début du second set. Mais le scénario s'est répété exactement à l'identique. Ferrer a continué à faire le jeu, mais Djokovic a placé son accélération au même endroit. Le Serbe a pris une nouvelle fois les quatre derniers jeux, le métronome Ferrer se liquéfiant à ce moment-là, sans doute affecté par le fait qu'il restait avant ce match sur six défaites en finale, dont deux sur ses deux derniers tournois. Djokovic peut penser au Masters, dont il sera le principal favori. Mais il lui faudra très vite récupérer physiquement pour se sortir sans dommage d'une poule ardue, avec Roger Federer, Juan Martin del Potro et Richard Gasquet. cyb/jgu

(AFP)

Ton opinion