Nouvelle-Zélande: Attentat de Christchurch: premières funérailles
Actualisé

Nouvelle-ZélandeAttentat de Christchurch: premières funérailles

Les premières funérailles des victimes de l'attentat des mosquées ont commencé mercredi en Nouvelle-Zélande.

Les premières funérailles des victimes de l'attentat de Christchurch, celles d'un réfugié syrien et de son fils, ont eu lieu mercredi matin dans la ville néo-zélandaise. Seules 12 des 50 victimes ont pour le moment été identifiées. Elles étaient âgées de 3 à 77 ans.

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans un cimetière proche de la mosquée Linwood, la deuxième attaquée par un suprémaciste blanc australien de 28 ans, pour rendre hommage aux deux premières victimes inhumées, âgées de 44 ans et 15 ans.

La famille était arrivée il y a un an en Nouvelle-Zélande, dans l'espoir d'y retrouver la paix après les années d'horreur du conflit syrien. Elle avait également une fille et un garçon. Celui-ci, âgé de 13 ans, blessé dans la fusillade, assistait aux funérailles dans un fauteuil roulant.

Douze victimes identifiées

La coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heures suivant le décès, mais les funérailles ont été repoussées en raison du lent processus d'identification et des investigations médico-légales.

Les autopsies des 50 victimes ont été menées, mais seules douze ont été identifiées. Parmi elles, «six ont été rendues à leur famille», a indiqué mardi la police. Elle a promis de mener à bien sa tâche aussi vite que possible, alors que des dizaines de familles de victimes arrivent du monde entier en vue des funérailles.

Selon une liste qui circule parmi les familles, les victimes étaient âgées de trois à 77 ans. Plusieurs étaient natives de la région, mais d'autres étaient originaires de pays lointains comme l'Egypte ou la Jordanie.

L'Australie proteste

Sur le plan diplomatique, le premier ministre australien Scott Morrison a convoqué mercredi l'ambassadeur de Turquie pour dénoncer les propos «irréfléchis», «ignobles» et «offensants» tenus par le président turc Recep Tayyip Erdogan après l'attaque. Rejetant les «excuses» présentées par l'ambassadeur, il a exigé le retrait des propos de M. Erdogan et a averti que «toutes les options sont sur la table» en ce qui concerne les relations entre l'Australie et la Turquie.

M. Erdogan avait déclaré lundi lors d'une réunion électorale que l'attentat de Christchurch s'inscrivait dans le cadre d'une attaque contre l'islam et la Turquie. «Ce n'est pas un acte isolé. C'est quelque chose d'organisé», avait affirmé le président turc. «Ils sont en train de nous tester avec le message qu'ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16'500 kilomètres d'ici».

Il avait en particulier lancé que les Australiens, qui seraient hostiles à l'islam, subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la première guerre mondiale.

Les déclarations de M. Erdogan ont également suscité la colère de la Nouvelle-Zélande. Dès lundi, le vice-premier ministre néo-zélandais Winston Peters a protesté contre l'utilisation politique par le président turc du massacre de Christchurch.

Vidéo de Christchurch: des élus américains demandent aux géants de l'internet de s'expliquer

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l'internet de venir s'expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur.

(ats)

Votre opinion