Liban: Attentat suicide évité à Beyrouth
Actualisé

LibanAttentat suicide évité à Beyrouth

Un kamikaze avait été repéré par des soldats en patrouille. Il a été arrêté avant de se faire exploser.

Les forces de sécurité libanaises sécurisent le quartier de Hamra à Beyrouth, autour du café dans lequel un homme a été arrêté avant de faire sauter sa ceinture d'explosifs. (Image - samedi21 janvier 2017)

Les forces de sécurité libanaises sécurisent le quartier de Hamra à Beyrouth, autour du café dans lequel un homme a été arrêté avant de faire sauter sa ceinture d'explosifs. (Image - samedi21 janvier 2017)

AFP

Un kamikaze a été arrêté samedi par des soldats avant de se faire exploser, ont annoncé des sources au sein des forces de sécurité libanaises. Il comptait commettre un attentat-suicide dans un café bondé de Beyrouth.

L'homme, qui portait une ceinture explosive, a été interpellé vers 22h00 après être entré dans un café du quartier chic de Hamra, dans l'ouest de la capitale libanaise.

Selon les sources, le kamikaze avait été repéré par les soldats qui patrouillent dans le quartier depuis quelques semaines. Blessé lors de son arrestation, quand il a été plaqué au sol par plusieurs militaires avant de pouvoir faire exploser sa ceinture, il a été transféré dans un hôpital voisin pour être traité avant d'être interrogé.

Liban ciblé

Le Liban a été frappé par plusieurs attentats à la bombe ces dernières années, particulièrement dans le nord du pays, près de la frontière syrienne où opèrent des groupes armés.

En juin, huit kamikazes se sont fait exploser dans un village chrétien à la frontière syrienne, tuant cinq personnes. En novembre 2015, une double explosion dans un quartier à majorité chiite du sud de Beyrouth avait fait 43 morts. L'organisation Etat islamique, sunnite, avait revendiqué ces attaques. Depuis, d'autres explosions, d'une moindre ampleur, ont eu lieu sans être revendiquées par le groupe EI.

Surtout des civils

C'est la première fois que ce quartier de Hamra est visé. En juin, l'armée libanaise avait cependant affirmé avoir arrêté des djihadistes du groupe Etat islamique préparant des attaques contre plusieurs quartiers de Beyrouth, dont ce secteur.

Certains des attentats les plus meurtriers à Beyrouth ont visé les quartiers proches du Hezbollah, le mouvement chiite dont les forces sont impliquées en Syrie au côté du régime du président Bachar el-Assad. A chaque fois les victimes ont surtout été des civils.

(ats)

Votre opinion