Justice: Attouchements: une élève genevoise condamnée pour calomnie

Publié

JusticeAttouchements: une élève genevoise condamnée pour calomnie

Dans un cycle d’orientation, un enseignant avait été suspendu suite à de fausses accusations.

par
R.M.
La justice genevoise a condamné une adolescente qui avait accusé un de ses professeurs pour calomnie.

La justice genevoise a condamné une adolescente qui avait accusé un de ses professeurs pour calomnie.

GoogleMaps

Une adolescente d’un cycle d’orientation genevois avait accusé un enseignant d’attouchements. Un mensonge, a tranché la justice: elle a été condamnée pour calomnie.

Les faits avaient eu lieu il y a trois ans et avaient eu de lourdes conséquences pour le professeur incriminé, relate la «Tribune de Genève». En octobre 2019, trois élèves avaient dénoncé les gestes d’un enseignant auprès d’une doyenne. Une ado assurait alors qu’il lui avait touché les fesses lors d’un étirement, durant un cours de gym.

La direction avait alors lancé une enquête administrative et avait suspendu le professeur. Qui de son côté avait déposé une plainte pour calomnie et diffamation.

Une version qui change

Durant les enquêtes, la version de l’élève avait peu à peu changé. Elle avait d’abord assuré que son prof était l’auteur des attouchements. Puis avait admis qu’elle ne l’avait pas vu et qu’il s’agissait peut-être d’une «blague» d’un autre élève. Puis que c’était très probablement l’acte d’un camarade, ajoutant qu’elle ne pensait pas que cette histoire prendrait autant d’ampleur et que ce n’était pas elle qui avait dénoncé le professeur mais la direction de son cycle. Et de présenter ses excuses.

L’enquête administrative a finalement complètement blanchi le professeur. Et la justice a condamné la jeune fille pour calomnie. Comme la procédure concerne une mineure, la peine n’a pas été divulguée. Une autre adolescente qui avait dénoncé le professeur doit encore être jugée, précise le quotidien genevois.

«La vie de mon client a été détruite par ces accusations. Il se reconstruit pas à pas face à la violence de l’injustice, grâce notamment au soutien de sa famille», a commenté Me Romain Jordan, l’avocat du professeur.

Ton opinion