E-sport : Au coeur d’une vive polémique, le patron de G2 Esports démissionne

Publié

E-sport Au cœur d’une vive polémique, le patron de G2 Esports démissionne

Sous le feu des critiques après avoir fait la fête en compagnie d’Andrew Tate, connu pour ses positions misogynes, Carlos «Ocelote» Rodriguez quitte la tête de la célèbre team européenne. 

«J’assume toutes mes responsabilités pour ce qui s’est passé ces derniers jours», a déclaré le CEO de G2. 

«J’assume toutes mes responsabilités pour ce qui s’est passé ces derniers jours», a déclaré le CEO de G2. 

Riot Games 

L’Espagnol Carlos «Ocelote» Rodriguez, fondateur et PDG de G2, l’un des clubs d’e-sport les plus populaires au monde, a annoncé qu’il quittait ses fonctions après huit ans à la tête de l’organisation.

Fréquentations controversées 

«Mon temps avec G2 arrive à son terme, je vais quitter mon poste de PDG», a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur Twitter vendredi soir.

Carlos Rodriguez, l’une des figures emblématiques du secteur de l’e-sport, s’est retrouvé au cœur d’une polémique ces derniers jours sur les réseaux sociaux après avoir publié une vidéo le montrant en train de participer à une fête en compagnie d’Andrew Tate. Ce dernier, ancien champion de kickboxing devenu influenceur, est connu pour des prises de position ouvertement misogynes, qui lui ont valu un bannissement des principaux réseaux sociaux.

«Je me sens détruit»

Carlos «Ocelote» Rodriguez avait dans un premier temps répondu à la polémique naissante en affirmant avoir le droit de faire la fête avec «qui il voulait». Il avait alors été suspendu provisoirement par son équipe avant de finalement démissionner. «J’assume toutes mes responsabilités pour ce qui s’est passé ces derniers jours, et croyez-moi quand je dis que je me sens détruit», a-t-il déclaré.

L’Espagnol de 32 ans avait créé l’équipe G2 en 2014 et en a fait l’une des structures majeures de l’e-sport. Sur Twitter, le club, qui a tenu à souligner son opposition «à toute forme de misogynie», s’est engagé à «poursuivre l’héritage de G2».

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires