Assassinat d’une transsexuelle – Au Mexique, la justice présente des excuses pour son enquête
Publié

Assassinat d’une transsexuelleAu Mexique, la justice présente des excuses pour son enquête

Lors des investigations sur le meurtre de Paola Buenrostro, une femme transsexuelle de 24 ans, le parquet n’avait pas reconnu sa nouvelle identité de genre.

En 2020 le Mexique a enregistré 79 assassinats de membres de la communauté LGBTI+ (Illustration : Pride de juin dernier à Tijuana).

En 2020 le Mexique a enregistré 79 assassinats de membres de la communauté LGBTI+ (Illustration : Pride de juin dernier à Tijuana).

AFP

La justice mexicaine a présenté jeudi des excuses publiques pour son enquête sur l’assassinat d’une femme transsexuelle en 2016, dont le parquet a nié la nouvelle identité de genre, d’après des défenseurs des droits de l’homme qui parlent d’un «transféminicide».

Paola Buenrostro, une femme transsexuelle de 24 ans, a été assassinée le 30 septembre 2016 alors qu’elle se prostituait dans la capitale Mexico. La police a immédiatement arrêté le suspect, un homme qui venait de solliciter ses services. «Bien que Paola se livrait au travail sexuel par nécessité, elle envisageait d’arrêter, et elle voulait vivre avec l’homme avec qui elle sortait», lit-on dans un rapport d’une Commission locale des droits de l’homme daté de 2019.

Des «excuses publiques»

Surtout le rapport indique que «pendant l’enquête pénale, le parquet général n’a pas reconnu le nom de Paola Buenrostro». Les enquêteurs ont parlé entre autres de «Manuel», «Alejandro», «le sujet masculin», ajoute la commission, alors même que ses proches appelaient la victime «Paola».

Le parquet général de la capitale «offre des excuses publiques à la mémoire de Paola Buenrostro et de sa famille», a déclaré la procureure Ernestina Godoy, reconnaissant la «responsabilité institutionnelle» de la justice. La procureure s’exprimait lors d’une cérémonie sur les lieux mêmes de l’assassinat.

«Paola, nous avons encore du chemin à parcourir et des batailles à remporter», a déclaré une amie de la victime présente au moment du meurtre, Kenya Cuevas, tout en exprimant sa satisfaction. «Il est nécessaire d’insister sur le terme et le concept de transféminicide. Paola n’est pas morte en tant que victime d’un homicide intentionnel», a déclaré la présidente de la Commission des droits de l’homme de Mexico, Nashieli Ramírez.

En 2020 le Mexique a enregistré 79 assassinats de membres de la communauté LGBTI+, d’après leur organisation de défense Letra S. Plus de la moitié (54,5%) était des trans, de même source. Pour la première fois dans l’histoire du Mexique, deux députées transsexuelles, Salma Luevano et Maria Clemente, ont fait leur entrée au Congrès après les élections du 6 juin.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires