Actualisé

TurquieAu moins 13'000 migrants aux portes de l'Europe

Des milliers de personnes voulant se rendre dans l'UE ont afflué à la frontière entre la Turquie et la Grèce, samedi.

L'agence de l'ONU précise que parmi les migrants se trouvent «des familles avec de jeunes enfants».

L'agence de l'ONU précise que parmi les migrants se trouvent «des familles avec de jeunes enfants».

AFP

Quelque 13'000 migrants ont afflué au long de la frontière gréco-turque à la suite des menaces lancées par le président turc Recep Tayyip Erdogan de laisser sortir les réfugiés voulant se rendre en Europe, a annoncé samedi l'ONU.

«Au moins 13'000 personnes sont présentes le long des 212 km de la frontière», selon l'Organisation internationale des migrations (OIM). L'agence de l'ONU précise que parmi les migrants se trouvent «des familles avec de jeunes enfants». L'agence de l'ONU a indiqué que ses équipes suivaient le mouvement de population depuis Istanbul et fournissaient de l'aide aux plus vulnérables d'entre eux.

«Les équipes qui travaillent le long de la frontière de 212 kilomètres entre la Turquie et la Grèce (...) ont décompté 13'000 personnes rassemblées aux points d'entrée officiels de la frontière à Pazarkule et Ipsala, ainsi qu'en d'autres endroits», a précisé l'OIM, ajoutant que les groupes comprenaient «de plusieurs douzaines à plus de 3000 personnes».

«Le nombre de migrants venant d'Edirne (nord-ouest de la Turquie, ndlr) pour traverser la frontière grossit au cours de la journée à mesure que les voitures, taxis et les bus arrivent à Istanbul», a expliqué le chef de la mission turque de l'OIM Lado Gvilava. «La plupart sont des hommes, mais on voit également des familles avec de jeunes enfants», a-t-il ajouté.

Lado Gvilava a indiqué que l'OIM distribuait de la nourriture, ainsi que des produits de ravitaillement basiques, mais avec les températures parfois glaciales, il s'est dit «préoccupé par ces gens fragiles et exposés (...)» Des bus bondés de migrants espérant pouvoir entrer en Europe continuaient d'affluer dans la soirée à Istanbul.

«Nous n'allons pas fermer les portes»

La Turquie a entrouvert vendredi ses frontières migratoires avec l'Europe, menaçant de laisser passer un nouvel afflux de réfugiés syriens si elle n'obtient pas un soutien actif de l'UE dans son bras-de-fer avec la Russie en Syrie. Et le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi: «Qu'avons-nous fait hier ? Nous avons ouvert les portes. Nous n'allons pas fermer les portes».

À la frontière entre la Turquie et la Grèce, la situation était tendue samedi, avec des échauffourées entre policiers grecs tirant des grenades lacrymogènes et migrants jetant des pierres. En 2015, la Grèce était devenue la principale porte d'entrée en Europe pour des centaines de milliers de migrants, la plupart fuyant le conflit syrien.

Macron appelle à «un cessez-le-feu durable» dans la région d'Idlib

Le président français Emmanuel Macron a appelé samedi la Turquie et la Russie à établir «un cessez-le-feu durable» dans la région d'Idlib en Syrie, lors d'entretiens téléphoniques séparés avec les présidents russe et turc, a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Le chef de l'Etat a exprimé auprès de ses homologues, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, «sa très forte préoccupation sur la catastrophe humanitaire en cours» et les risques «de dispersion des groupes terroristes provoqués par l'offensive militaire du régime syrien et de ses alliés et la remise en cause des arrangements de l'automne 2018 dans la province d'Idlib». Emmanuel Macron a souligné «l'impératif d'une cessation immédiate des hostilités» et appelé «la Russie et la Turquie à établir un cessez-le-feu durable et vérifiable conformément aux engagements pris devant la France et l'Allemagne lors du sommet quadripartite d'Istanbul à l'automne 2018», poursuit la présidence française.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!