Football: Au moins, eux, ils ont essayé

Actualisé

FootballAu moins, eux, ils ont essayé

Le FC Zurich n'avait aucune chance de se qualifier sur le terrain de Naples. Mais il a fait «comme si» et c'est prometteur pour l'avenir.

par
Robin Carrel
Naples

Quand on est coté à 15 contre 1 pour une victoire et à plus de 50/1 pour une qualification au prochain tour, c'est que la chose est vraiment impossible. Les bookmakers ne sont pas là pour vendre du rêve, mais bien pour vous prendre votre argent. Logiquement, le FCZ de Ludo Magnin a été bouté hors de l'Europa League par le Napoli de Carlo Ancelotti sur le score cumulé de 5-1 et il n'y a là rien que de très logique.

Mais c'est davantage dans le «comment» de cette sortie en 16e de finale qu'il y a matière à se réjouir. «Oublie que t'as aucune chance, vas-y fonce! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher!», disait Michel Blanc dans «Les Bronzés». Alors les Zurichois ont foncé au pressing et ça a aussi bien fonctionné que pour le pauvre Jean-Claude Dusse au final. Ils ont eu le mérite d'essayer et c'est sans doute là la petite victoire que l'entraîneur zurichois est venu chercher.

Avec un onze très offensif, le FCZ a tenté d'aller chercher haut son adversaire et s'est logiquement exposé (sur corner notamment, où les Zurichois attaquaient... à dix/voir ci-dessous). Mais Magnin a aussi plongé dans le grand bain de jeunes éléments qui se souviendront sans doute longtemps de l'expérience. A 17 ans, Simon Sohm a joué tout le match, tandis que et Lavdim Zumberi (17 ans) et Bledian Krasniqi (19 ans) sont entrés en jeu et ont évolué respectivement 30 et 27 minutes sur le pré. A eux trois, ils comptaient… 20 minutes de jeu en Super League sur leur CV.

«On a montré une réaction, s'est d'ailleurs réjoui le coach après le match. On a vu une équipe qui a montré tout autre chose quel la semaine dernière. On a fait 20 bonnes minutes, puis on prend ce but juste avant la mi-temps... On a eu une chance avec Khelifi juste après la mi-temps, et à 1-1 ça aurait peut-être été différent. On a joué avec une équipe très jeune et ils m'ont fait plaisir. C'est très bon pour l'avenir du FC Zurich et on peut quitter cette compétition avec la tête haute.»

La fierté aura aussi été la dernière équipe suisse à être en lice en Europe. Là où de nombreuses formations prennent cette C3 par-dessus la jambe et impactent négativement le coefficient UEFA du pays, les Zurichois, eux, ont tout donné du premier au dernier match. Si seulement certains pouvaient en prendre de la graine, nos jeudis soirs seraient bien plus intéressants.

Ton opinion