Coronavirus: Au pays de Roger Federer, le tennis n'attend plus
Actualisé

CoronavirusAu pays de Roger Federer, le tennis n'attend plus

A l'exemple du tennis, si cher au coeur des Suisses, les milieux du sport attendent avec impatience un signe du Conseil fédéral leur signifiant une reprise. Ils ne veulent pas attendre le 13 mai.

par
lematin.ch
Un court de tennis fait 580 m2, largement de quoi respecter les distances selon les professeurs de tennis, que ce soit en simple ou en double.

Un court de tennis fait 580 m2, largement de quoi respecter les distances selon les professeurs de tennis, que ce soit en simple ou en double.

istock

A part la pratique du vélo, les sports individuels de plein air, comme le tennis ou le golf, sont à l'arrêt depuis le 16 mars dernier, date de l'entrée en force du semi-confinement fédéral. Depuis, beaucoup d'indépendants qui travaillent comme coach ou moniteur, doivent prendre leur mal en patience, semble-t-il jusqu'au 13 mai pour connaître l'évolution de leur situation.

Une «déception énorme»

Les milieux du tennis ont été déçus par la dernière conférence de presse du Conseil fédéral, qui n'a pas évoqué le retour de certaines activités sportives: «La déception qui a suivi la conférence de presse a été énorme pour nous, écrit dans un communiqué l'Association suisse des professeurs de tennis (SPTA). Il est tout simplement incompréhensible que le sport en général, avec près de 2 millions d'athlètes, n'ait pas été mentionné du tout.»

580 m2 pour deux ou quatre personnes

Professeur de tennis sur la Riviera, Jean-Luc Ecuyer fait partie de ces professionnels qui ont dû cesser leur activité. Aujourd'hui, comme tous ses collègues en Suisse, il est amer: «Au pays de Roger Federer, pas un mot sur le tennis...», plaisante-t-il à peine. Pour lui, la pratique de la balle jaune est tout à fait compatible avec les règles de sécurité : «Nous jouons à vingt mètres l'un de l'autre. Un court fait environ 580 m2 pour deux personnes, si on se limite à un jeu de simple, ou pour quatre personnes en double. Alors que les directives de la Confédération sont d’une personne par 10 mètres carrés dans une Migros... De plus, il est facile de prévoir un gel désinfectant à utiliser avant d’entrer sur les courts et, enfin, de renoncer à utiliser les vestiaires pour un temps.»

Au mois de mai? Au mois de juin?

Les renvendications des professeurs et de Swiss Tennis font écho aux préoccupations d'un autre sport de balle, plus petite. Swiss Golf constate dans une prise de position: «Le fait que le concept qui règle les sports individuels, respectivement les sports de plein air et qui a d’ores et déjà été élaboré, ne puisse être soumis au Conseil fédéral que le 13 mai, signifie qu’un éventuel assouplissement concernant le golf et d’autres sports individuels pourrait être appliqué, dans le meilleur des cas, au mois de juin. »

Mieux que le jardin, le sport c'est la santé!

Soit pour les golfeurs, soit pour les tennismen, ces échances sont trop lointaines et inacceptables. Les professeurs aimeraient pouvoir reprendre le 27 avril en même temps que les garden center et autres jardineries: «Mme Simonetta Sommaruga, constate Jean-Luc Ecuyer, a justifié l’ouverture des jardineries, disant qu'il est bon pour la santé et le moral que les Helvètes puissent jardiner. Mais que dire du sport? Le sport, c’est la santé!»

Eric Felley

Votre opinion