Publié

Coopération suisseAu Pérou, la Suisse s'active depuis 50 ans

Du fromage à l'eau potable, en passant par la pomme de terre et l'élevage de bétail ou de cochons d'Inde, la coopération suisse au Pérou a traversé un demi-siècle riche en projets.

La Suisse fête 50 ans de coopération au Pérou.

La Suisse fête 50 ans de coopération au Pérou.

Archives/photo d'illustration, AFP

A l'heure du jubilé, l'aide au développement traditionnelle a laissé la place à un engagement centré sur la gestion durable et la gouvernance économique.

Ces 50 ans illustrent bien l'évolution de la coopération suisse, d'une aide bilatérale classique aux programmes globaux d'aujourd'hui, a souligné le directeur de la direction du développement et de la coopération suisse (DDC) Martin Dahinden dans son discours ce mercredi soir 10 septembre.

«Tout a commencé avec du fromage», a rappelé Martin Dahinden devant une petite centaine d'invités réunis pour l'occasion à Berne. Parmi eux, l'ambassadeur du Pérou en Suisse, M. Luis Chuquihuara, et des coopérants de la première heure venus évoquer leurs souvenirs.

L'importation de bétail et la création de fermes modèles et de fromageries ont été les premières activités de la coopération suisse au Pérou. C'était aussi le tout premier pays d'Amérique latine où celle-ci s'installait en 1964.

Vaincre des méfiances

Des débuts qui n'ont pas été sans hic, si l'on en croit l'exemple suivant: dans les villages, le bruit courait que les vaches péruviennes allaient mourir en mettant bas des veaux issus d'une fécondation par un taureau suisse, car ces veaux étaient grands et forts, relate Martin Dahinden. Il a fallu vaincre de telles méfiances.

Quelque 80 fromageries plus tard, la DDC a pu se retirer de ces projets et les fromageries continuent de se développer. Au point que le fromage «queso andino tipo suizo» se trouve aujourd'hui dans tous les supermarchés péruviens, précise Martin Dahinden.

En 2012, la DDC s'est retirée pour passer entièrement la main au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), qui a fait du Pérou un des huit pays prioritaires. L'accent est mis sur le développement d'infrastructures urbaines durables, la gestion des ressources naturelles et la gestion des fonds publics.

Valeurs communes

L'ambassadeur Luis Chuquihuara a souligné non seulement le demi-siècle de coopération fructueuse, mais aussi 130 années de relations bilatérales entre la Suisse et le Pérou. Aujourd'hui, a-t-il ajouté, les deux pays partagent des valeurs communes: la démocratie - installée depuis 15 ans au Pérou -, une économie ouverte et la lutte pour l'inclusion sociale.

Sixième économie d'Amérique latine, le Pérou compte près de 30 millions d'habitants. Il connaît depuis plusieurs années une croissance économique de plus de 6 % en moyenne, avec toutefois un fléchissement en 2014 et une répartition inégale dans le pays.

(ats)

Votre opinion