Publié

Guerre en UkraineAu WEF, Zelensky réclame des armes et des sanctions contre la Russie

En ouverture du Forum économique mondial, lundi à Davos (GR), le président ukrainien a reproché à la communauté occidentale les lenteurs de son aide.

Le président ukrainien s’est adressé lundi matin, en direct de Kiev, à l’assistance du Forum économique mondial qui lui a réservé une ovation debout, à la fin de son discours.

Le président ukrainien s’est adressé lundi matin, en direct de Kiev, à l’assistance du Forum économique mondial qui lui a réservé une ovation debout, à la fin de son discours.

AFP

Davantage d’armes et de sanctions contre la Russie: trois mois après l’invasion de son pays par la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé lundi, au Forum économique mondial de Davos (WEF) une aide plus rapide. À l’heure où Kiev dit faire face à une situation «de plus en plus difficile» dans le Donbass (Est), sous intenses bombardements russes, Volodymyr Zelensky a regretté les lenteurs du soutien de la communauté internationale, s’exprimant lors d’une intervention en visioconférence pour la journée d’ouverture du WEF.

«Si nous avions reçu 100% de nos besoins en février, le résultat aurait été des dizaines de milliers de vies sauvées. C’est pourquoi l’Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies», a-t-il dit. «Nous avons besoin d’armes plus que de n’importe quoi d’autre», avait déjà indiqué dimanche soir, devant la presse, Anastasia Radina, une parlementaire ukrainienne venue à Davos.

Isoler Moscou complètement du commerce international

Le gouvernement ukrainien réclame aussi une intensification des sanctions contre Moscou, qu’il voudrait isoler complètement du commerce international. «Les sanctions (…) devraient être maximums, pour que la Russie et tout autre agresseur potentiel qui veut conduire une guerre brutale contre son voisin connaissent clairement les conséquences immédiates de ses actions», a affirmé le président Zelensky. «Il ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie», a-t-il ajouté, réclamant entre autres «un embargo sur le pétrole russe» et des mesures contre «toutes les banques russes, sans exceptions».

Les pays occidentaux ont mis en place toute une série de sanctions économiques contre la Russie. Mais si les États-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe, l’Union européenne a du mal à se mettre d’accord sur le sujet, car certains de ses pays membres sont très dépendants du gaz et du pétrole russes. «Nous comprenons que l’Europe essaye d’estimer le coût que cela va avoir pour son économie. (…) On n’a définitivement pas le temps de faire de l’analyse. Nous avons besoin de couper la Russie du monde civilisé, complètement», a insisté la ministre ukrainienne de l’Économie, Ioulia Svyrydenko, venue elle aussi à Davos.

Délégation russe indésirable

L’Ukraine tient la vedette cette semaine à Davos, où la réunion des élites politiques et économiques mondiales organisée par le WEF fait son retour, après deux ans de parenthèse pour cause de pandémie de Covid-19. Nombre de responsables politiques ukrainiens y ont prévu de faire le voyage en personne, parmi lesquels plusieurs ministres, des parlementaires, ou les maires de Kiev et Boutcha.

Le fondateur du WEF, Klaus Schwab, s’est félicité d’une «délégation particulièrement forte d’Ukrainiens», mais a en revanche exclu cette année les Russes, qui représentent habituellement un gros contingent de participants. Et la «maison russe» des éditions précédentes a cédé la place à une «maison des crimes de guerres russes», où une exposition de photos des victimes et dégâts provoqués par l’invasion était inaugurée lundi.

(AFP)

Ton opinion

25 commentaires