03.04.2017 à 13:16

Tennis«Aucun antidote contre ce Federer»

La presse internationale a salué l'exploit de Roger Federer en finale du Masters 1000 de Miami. L'Equipe évoque «la tournée du patron.»

par
LeMatin.ch
Roger Federer domine le circuit comme à ses plus belles années.

Roger Federer domine le circuit comme à ses plus belles années.

AFP

En s'imposant dimanche en finale du tournoi de Miami, Roger Federer a encore stimulé la recherche de superlatifs pour les journalistes du monde entier. Ceux-ci n'ont pas mâché leurs mots pour décrire la performance du Suisse.

La Gazzetta dello Sport qualifie la victoire de Federer de «cerise sur le gâteau d'une carrière simplement fantastique». Pour le quotidien italien, la rivalité entre Nadal et Federer a pris un tournant lors de la finale de l'Open d'Australie. «La victoire de Federer a inversé le rapport de confiance», écrit la Gazzetta.

En France, L'Équipe titre lundi matin «la tournée du patron». La performance du tennisman suisse est «ouf» pour le journaliste Vincent Cognet; il fallait «se pincer pour y croire».

Dans ses colonnes, L'Équipe revient également sur le choix de Federer de mettre entre parenthèses la compétition jusqu'à Roland Garros. Pour Cognet, c'est «la meilleure manière, aussi, de ne pas salir le sofa de confiance sur lequel il s'est voluptueusement allongé depuis le début de l'année». Le journaliste estime que le numéro 4 mondial a fait preuve de «sagesse».

Toujours en France, Le Figaro parle d'un «retour des anciens au sommet» qui se confirme dans son édition web. Le quotidien file la métaphore sur le début de saison de Roger Federer. «Le Bâlois marche sur l'eau et la réussite l'accompagne de manière quasi insolente», peut-on lire sur le site du Figaro.

When you think that you have the upper hand in the rally and then @rogerfederer does this #MiamiOpen#Fedal#FederervNadal#federer#Nadalpic.twitter.com/K7ZZxWqLDh— Mohammed M. ALQallaf (@mmqallaf87) 2 avril 2017

En Espagne, les médias locaux reconnaissent la supériorité évidente de Federer face à Rafael Nadal, battu en deux manches (6-3 6-4). Pour Marca, il n'y a tout simplement «pas d'antidote à ce Federer».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!