Publié

FranceAucun nouvel indice pour localiser le corps de Fiona

Six heures de confrontation entre la mère de la fillette et son compagnon n'ont pas permis d'en savoir plus sur le lieu où a pu être enterré le corps.

1 / 44
La mère de Fiona a été libérée en attendant un nouveau procès. La Cour de cassation vient d'annuler sa condamnation à 20 ans de prison. (Jeudi 21 février 2019)

La mère de Fiona a été libérée en attendant un nouveau procès. La Cour de cassation vient d'annuler sa condamnation à 20 ans de prison. (Jeudi 21 février 2019)

AFP
La mère, Cécile B., (ici escortée par des gendarmes) et le beau-père de Fiona ont été condamnés en appel, à 20 ans de réclusion.(10 février 2018)

La mère, Cécile B., (ici escortée par des gendarmes) et le beau-père de Fiona ont été condamnés en appel, à 20 ans de réclusion.(10 février 2018)

AFP
Après deux semaines d'audience, la tâche s'annonçait ardue pour les jurés (exclusivement féminins): le corps n'a toujours pas été retrouvé, les accusés, murés dans leurs dénégations, disent avoir enterré dans un bois près de Clermont-Ferrand (centre) mais qui n'a jamais été retrouvé. (ici Etienne Fradin, président de la Cour. (Image - 5 février 2018)

Après deux semaines d'audience, la tâche s'annonçait ardue pour les jurés (exclusivement féminins): le corps n'a toujours pas été retrouvé, les accusés, murés dans leurs dénégations, disent avoir enterré dans un bois près de Clermont-Ferrand (centre) mais qui n'a jamais été retrouvé. (ici Etienne Fradin, président de la Cour. (Image - 5 février 2018)

AFP

«On n'a pas avancé» sur le lieu où se trouve le corps de Fiona, a déclaré vendredi l'avocat de Berkane Makhlouf, Me Mohamed Khanifar, après six heures de confrontation entre la mère de la fillette et son compagnon à Clermont-Ferrand.

«A ce stade, on ne peut donc pas reprendre les recherches», a ajouté le conseil au sortir du tribunal de grande instance de la ville, où Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont été entendus par les juges en charge de l'enquête sur la mort de l'enfant, dont le corps reste introuvable après trois opérations de recherches infructueuses.

Difficile mémorisation

La justice espérait en savoir davantage sur les circonstances du décès de Fiona et le lieu où le couple l'a enterrée, en confrontant la jeune femme de 25 ans et son compagnon. Ceux-ci s'accusent mutuellement d'avoir frappé la fillette, après avoir affirmé pendant plus de quatre mois qu'elle avait disparu dans un parc de Clermont-Ferrand, le 12 mai. «Il me semble qu'ils ne sont pas dans la mystification, ni l'un, ni l'autre. On est en face d'une difficulté de mémorisation du lieu ou de la situation», a ajouté Me Khanifar.

Selon lui, «Cécile Bourgeon est beaucoup moins affirmative sur les deux moments de violences, à une date proche des faits, qu'elle attribuait à Berkane Makhlouf». Elle ne s'est pas rétractée, mais «elle est plus évasive, elle a un souvenir beaucoup plus lâche», a-t-il dit. Les avocats de Cécile Bourgeon n'ont pas fait de commentaires dans l'immédiat.

(AFP)

Votre opinion