Hockey - Aurélien Marti: «Il n’y avait pas de quoi commencer à s’exciter»
Publié

HockeyAurélien Marti: «Il n’y avait pas de quoi commencer à s’exciter»

Le Lausannois était certes heureux, mais aussi soulagé et vidé, après le match couperet remporté mercredi soir par le LHC face aux ZSC Lions (5-2; 2-3 dans la série).

par
Robin Carrel
(Lausanne)
Aurélien Marti (à g.) a amené son poids à la défense lausannoise.

Aurélien Marti (à g.) a amené son poids à la défense lausannoise.

freshfocus

Il est ressorti des vestiaires en claquettes, l’esprit un peu ailleurs. Il faut dire que la bataille entre Lions vaudois et zurichois avait été furieuse. Le Lausanne HC a fini par s’en sortir, grâce surtout à un troisième tiers de bonne facture. Retour sur cette victoire qui a permis aux Lausannois d’ajouter encore au moins une date à leur calendrier 2020-2021 avec le défenseur au No 7.
Aurélien Marti, une belle réaction du LHC, qui fait plaisir…

Exactement, on a marqué en power-play assez vite, cela a fait du bien, même si nous avons eu un peu de chance. On a répondu présent, même si les Zurichois ont eu de nombreuses occasions et qu’il faudra quand même qu’on s’occupe de ça. Mais Zurich est une belle équipe et c’est une série sacrément engagée.

Ils ont mené au score. C’était comment dans la tête à ce moment-là?

Il fallait vite se remobiliser. C’est toujours compliqué de prendre le premier but à la maison. Surtout qu’on avait l’intention de sortir des vestiaires avec une bonne attitude et d’aller ouvrir le score. Je pense que la suite du match s’est bien passée. On a bien réagi et nous n’avons pas paniqué. Et puis Tobias Stephan nous a fait des arrêts incroyables aussi. Un vrai beau travail d’équipe ce soir et on est content de pouvoir retourner vendredi à Zurich.

Les situations spéciales ont bien fonctionné. Ça n'a pas toujours été le cas cette saison…

C’est clair qu’on a quand même pas mal peiné dans l’exercice en saison régulière. Mais c’est ça, les play-off… Si tu arrives à avoir un bon power-play, un bon box-play, les matches peuvent vite tourner en ta faveur. Un bout du travail est fait et un gros match nous attend de nouveau au Hallenstadion.

Vous avez réussi à laisser à Zurich les pénalités bêtes, aussi…

Oui, bien sûr, même si on a aussi pris quelques sanctions un peu stupides. Ça fait partie de l’histoire de cette série et on se bat à chaque fois pour le gars qui est dehors. Je ne vais pas dire qu’on n’a pas répondu à leurs avances, mais plutôt à leur frustration. Nous sommes restés calmes, nous menions au score et il n’y avait pas de quoi commencer à s’exciter.

Et vendredi, ce sera encore un match décisif…

Je pense que la pression n’est pas du tout dans notre camp. Ce soir, on a répondu présent. On est allés dans les coins et on leur a fait mal. Ils vont ensuite retourner à la maison avec un peu de nervosité et quelques blessés… à nous d’en profiter! Il faut enchaîner après ce match d’aujourd’hui et ne pas regarder ce qu’il se passe.

On a eu l’impression qu’il s’est passé quelque chose entre les deuxième et troisième tiers-temps, non?

Non, je ne trouve pas, on a continué à jouer! Il y avait 2-2 et ça n’avait pas été facile. Ils ont eu des occasions, c’est vrai, mais ce soir, ç’a fini par tourner de notre côté. Aussi parce qu’on a continué à travailler. On savait que c’était vingt minutes cruciales pour notre saison. Soit on était en vacances, soit on y retournait vendredi. La décision a vite été prise et on n’a pas eu de pression par rapport à ça. On a vraiment joué notre jeu et tant mieux pour nous.

Votre opinion