Enquête: Australie: 7% des prêtres accusés de pédophilie
Publié

EnquêteAustralie: 7% des prêtres accusés de pédophilie

Une commission d'enquête a recueilli des témoignages de multiples victimes en quatre années d'investigations.

Francis Sullivan, directeur du Truth, Justice and Healing Council (Conseil pour la vérité, la justice et la guérison), s'exprime face à la commission d'enquête à Sydney. (Lundi 6 février 2017)

Francis Sullivan, directeur du Truth, Justice and Healing Council (Conseil pour la vérité, la justice et la guérison), s'exprime face à la commission d'enquête à Sydney. (Lundi 6 février 2017)

Keystone

Sept pour cent des prêtres catholiques australiens ont fait l'objet d'accusations d'abus sexuels sur des enfants entre 1950 et 2010 sans que les soupçons ne débouchent sur des investigations, selon les chiffres publiés lundi devant une commission qui enquête sur la pédophilie dans l'Eglise.

Cette commission d'enquête royale s'intéresse depuis 2013 aux réponses institutionnelles apportées aux accusations de pédophilie. Elle a recueilli des témoignages éprouvants de multiples victimes et après quatre années d'investigations, l'avocate qui préside à ses travaux a rendu publiques les statistiques révélant l'ampleur des abus.

Selon ces données, 4444 faits de pédophilie ont été signalés aux autorités de l'Eglise. «Entre 1950 et 2010, globalement, sept pour cent des prêtres étaient des auteurs présumés» d'abus sexuels sur des enfants, a déclaré Gail Furness. Dans certains diocèses, la proportion atteignait 15% de prêtres soupçonnés de pédophilie.

Les enfants étaient ignorés ou punis

«Les récits sont similaires et déprimants. Les enfants étaient ignorés, ou pire, punis. Les accusations ne faisaient l'objet d'aucune enquête». «Les prêtres et les (figures) religieuses étaient déplacés», a-t-elle ajouté. «Les paroisses et les communautés vers lesquelles ils étaient transférés ignoraient tout de leur passé. Les documents n'étaient pas conservés et ils étaient détruits. Le secret était le maître-mot, les choses étaient étouffées».

La moyenne d'âge des victimes était de 10 ans pour les filles et de 11 ans pour les garçons. Des 1880 pédophiles présumés, 90% étaient des hommes. L'ordre de St John of God Brothers est soupçonné des pires abus, avec 40% de ses membres accusés de pédophilie.

La commission a entendu des milliers de survivants. Elle a enquêté sur l'Eglise mais aussi les écoles, les orphelinats, l'armée, les associations de jeunesse ou les clubs sportifs, après plus d'une décennie de pressions.

Echec de l'Eglise catholique

L'Eglise australienne a mis en place un Conseil de la vérité, de la justice et de la cicatrisation pour faire face. «Ces chiffres sont choquants, ils sont tragiques, ils sont indéfendables», a déclaré son directeur Francis Sullivan devant la commission. «Ces données, ajoutées à tout ce qu'on a entendu ces quatre dernières années, ne peuvent être interprétées que d'une seule manière: c'est l'échec massif de l'Eglise catholique d'Australie à protéger les enfants des abus. En tant que catholiques, nous baissons honteusement la tête».

Le Vatican suit les travaux de la Commission de près. Le plus haut représentant de l'Eglise catholique en Australie, le cardinal George Pell, «ministre» de l'Economie du Vatican, a été entendu par la commission sur sa réaction face aux accusations de pédophilie parmi les prêtres dans l'Etat de Victoria dans les années 1970.

Le cardinal a également été accusé personnellement d'abus lorsqu'il était l'archevêque de Sydney en 2002, ce qu'il dément catégoriquement.

(AFP)

Votre opinion