15.08.2016 à 10:24

Autoroutes: l'ATE Vaud tire la sonnette d'alarme

Lausanne

L'organisation craint une augmentation massive de véhicules sur la ceinture lausannoise après les grands travaux autoroutiers.

Le programme d'assainissement de la Confédération amènera des dizaines de milliers de voitures supplémentaires dans l'agglomération et augmentera durablement le trafic de l'ouest lausannois.

Le programme d'assainissement de la Confédération amènera des dizaines de milliers de voitures supplémentaires dans l'agglomération et augmentera durablement le trafic de l'ouest lausannois.

Keystone

L'ATE Vaud tire la sonnette d'alarme: les grands travaux autoroutiers visant à augmenter massivement la capacité de la ceinture lausannoise entre 2020 et 2030 entraîneront un déluge de voitures supplémentaires.

Pudiquement l'Office fédéral des routes (OFROU) parle d'assainissement. Mais il s'agit bel et bien d'une augmentation massive de la capacité du noeud autoroutier, indique l'Association Transports et Environnement ATE Vaud lundi dans un communiqué.

L'échangeur de Villars-Ste-Croix sera élargi de deux voies dans chaque sens: deux nouvelles jonctions seront créées à Ecublens et Chavannes, faisant passer le nombre de voies à dix à la hauteur de Crissier, sans oublier «l'amélioration» de la jonction de Malley.

Cet appel d'air amènera des dizaines de milliers de voitures supplémentaires dans l'agglomération et augmentera durablement le trafic interne des communes de l'Ouest.

Flot continu

Au nord, la construction d'une deuxième jonction à la Blécherette va transformer la zone en un vaste dédale de routes et de voies. Elle déversera un flot continu de voitures vers les quartiers nord de la ville et le futur écoquartier des Plaines-du-Loup.

L'est de l'agglomération n'est pas en reste, avec le projet d'élargissement à trois voies du tronçon Vennes-Belmont visant à une augmentation du trafic jusqu'aux sorties de Lutry et Vennes. L'ATE a d'ailleurs réuni plus d'un millier de signatures contre ce projet.

Enfin, à Morges, l'ATE craint que le projet de contournement autoroutier ne se transforme en projet de nouvelle autoroute, sans suppression de l'actuel tronçon qui traverse la ville.

Catastrophique

Les conséquences de l'augmentation de la capacité de toutes les entrées de l'agglomération seront catastrophiques, les rues des centres urbains ne pouvant être élargies, souligne l'ATE. Ouvrir les vannes entraînera un allongement des bouchons en ville et aux sorties d'autoroute, sans compter les effets négatifs sur la qualité de l'air et les niveaux de bruit.

Les communes de l'agglomération doivent prendre conscience que «cette volonté d'améliorer l'accès à l'agglomération» se fera au détriment de ses habitants. Elle péjorera la qualité de vie et rendra à terme inefficace les politiques en faveur de la mobilité douce et des transports publics.

Aujourd'hui, sur 100 personnes se rendant à Lausanne depuis le nord, 93 le font en voiture via l'autoroute. Elles sont 70 sur 100 en provenance de l'est et 67 sur 100 depuis l'ouest, rappelle l'association.

Transports en commun

L'augmentation moyenne du trafic est de 3% par an avec la capacité actuelle sur les autoroutes lausannoises. Entre Lausanne et Morges, on est plus proche des 5% à cause de de la bande d'arrêt d'urgence, a déclaré à l'ats Valérie Schwaar, présidente de l'ATE Vaud. Les extensions autoroutières provoquent immanquablement des appels d'air, alors que les villes sont déjà congestionnées, constate-t-elle.

L'ATE Vaud demande donc une réflexion globale sur les modes de transport. Seuls le développement des transports publics - notamment dans et entre le nord et l'ouest de l'agglomération - ainsi qu'un aménagement éclairé du territoire permettront de sauvegarder des atouts de toute la région.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!