Aviation - Aux États-Unis, semer la zizanie en avion peut coûter (très) cher
Publié

AviationAux États-Unis, semer la zizanie en avion peut coûter (très) cher

Les passagers turbulents ou grossiers sur des vols américains se voient désormais infliger des amendes en dizaines de milliers de dollars.

La FAA, le régulateur américain de l’aviation, durcit le ton envers les passagers indisciplinés. Le refus de porter le masque en avion est ainsi punissable d’une amende salée.

La FAA, le régulateur américain de l’aviation, durcit le ton envers les passagers indisciplinés. Le refus de porter le masque en avion est ainsi punissable d’une amende salée.

AFP

Pour ne pas avoir voulu mettre son masque dans l’avion malgré les demandes répétées des membres d’équipage: 10’500 dollars. Pour avoir crié, claqué les compartiments à bagages et proféré des grossièretés, y compris à l’encontre du commandant de bord: 9’000 dollars.

Comme il l’avait promis en janvier, le régulateur américain de l’aviation (FAA) se montre particulièrement sévère cette année envers les voyageurs perturbateurs dans les avions.

«Nous avons constaté une importante augmentation de situations avec des passagers turbulents au cours des derniers mois», a souligné le patron de la FAA, Steve Dickson, mercredi lors d’une audition au Congrès.

Il avait annoncé en début d’année qu’il durcirait l’application du règlement à l’encontre de toute personne attaquant, intimidant ou interférant avec des membres d’équipage, faisant notamment grimper le montant maximum des amendes jusqu’à 35’000 dollars et brandissant la menace de peines de prison.

1300 rapports

«On travaille en étroite collaboration avec les compagnies et les syndicats pour s’assurer» que les dossiers avancent «afin de garder la situation sous contrôle», a-t-il souligné mercredi.

L’agence dit avoir reçu environ 1300 rapports sur des voyageurs ayant dérangé des vols depuis février, dont environ 260 peuvent être considérés comme des infractions.

La FAA a pour l’instant engagé environ 20 procédures formelles et en prépare d’autres. En 2019, elle avait officiellement ouvert 142 procédures contre des passagers turbulents.

Steve Dickson avait haussé le ton en janvier après une série d’incidents qu’il avait alors qualifiés de «troublants».

Les compagnies aériennes venaient de rapporter plusieurs exemples de comportements menaçants ou violents dans des avions au départ et à destination de Washington les jours précédant et suivant l’intrusion de partisans de Donald Trump au Congrès.

16’500 dollars pour refus de porter le masque sur le nez

La majorité des amendes est liée au refus de porter des masques à bord, une obligation actuellement imposée par les autorités américaines jusqu’à septembre.

«Les conflits qui bouillonnent dans notre vie publique se manifestent aussi dans l’avion», a remarqué la présidente du syndicat des membres d’équipage AFA-CWA, Sara Nelson, dans un texte publié dimanche.

Mais les membres d’équipage doivent faire respecter les règles de sécurité. Ils «ne vous diront jamais «c’est à vous de choisir si vous voulez ou non mettre le masque à oxygène», rappelle Sara Nelson.

C’est aussi bien pour le respect du bien-être au travail des membres d’équipage que pour la sécurité des vols que la FAA se montre plus sévère, a remarqué Steve Dickson mercredi.

L’agence a ainsi indiqué avoir infligé une amende de 32’750 dollars à une passagère volant en février entre la République dominicaine et New York qui a refusé à plusieurs reprises de porter son masque, a jeté une bouteille d’alcool vide et de la nourriture en l’air, injurié les membres d’équipage et agrippé le bras d’une hôtesse. L’avion avait dû retourner à son aéroport de départ.

750 passagers interdits de vol

Un autre passager sur un vol entre Chicago et Sacramento a reçu une amende de 16’500 dollars pour ne pas avoir porté son masque au-dessus de la bouche et du nez au moment de l’embarquement et de s’asseoir. Après l’intervention d’un superviseur, il est finalement sorti de l’avion avant le décollage.

La plupart des compagnies interrogées par l’AFP n’ont pas souhaité donner de détails sur les incidents à bord de leurs appareils. Mais United Airlines a souligné avoir interdit de vol environ 750 personnes pour non-port du masque au cours de l’année passée, la plupart de ces interdictions courant jusqu’à la levée de cette obligation.

(AFP)

Votre opinion