Hockey sur glace: Aux Vernets, on a vu le vrai GE Servette...
par
Christian Maillard
Publié

Hockey sur glaceAux Vernets, on a vu le vrai GE Servette...

Deux matches aux Vernets, deux victoires. Le coach des Aigles avait prévenu ses adversaires. Pour eux désormais, jouer à Genève cette saison, sera un calvaire. Comme aller chez le dentiste, «personne n’aime ça mais chacun doit y passer à un moment donné!» C’est sa phrase fétiche qu’il aime répéter à l’envie. Reste qu’après un «détartrage» avec FR Gottéron, c’est Zurich, le champion, qui s’est fait soigner d’une couronne dans le «cabinet» d’un Chris Mc Sorley qui a redonné les dents blanches à sa patinoire. Mais surtout de l’émotion et son état d’esprit de gagneur à tout son groupe. «C’est ce que les gens veulent voir», s’exclame encore l’Ontarien, qui aime tant faire plaisir à ses fans qui l’ont ramené devant la bande.

S’il est vrai que les joueurs de Serge Aubin, encore en rodage, cherchent toujours leurs automatismes avec leurs nouveaux, il s’agit de donner malgré tout du crédit à la victoire des Aigles qui se sont imposés à l’énergie, avec leurs armes, leur ADN. N’étaient-ils pas privés de deux de leurs étrangers, de joueurs majeurs comme Lance Bouma et Tomy Wingels que l’on ne reverra pas de sitôt sur la glace? «Chacun a élevé son niveau de jeu», reconnaît Tim Bozon, un guerrier, comme son père.

Devant leur public, les Grenat, Daniel Vukovic en tête, ont retrouvé cette envie de se coucher sur tous les pucks, comme avant. Mais pas seulement. Si Kevin Romy a aussi relever les manches de son bleu de travail - en shootant notamment la rondelle avec un de ses patins pour écarter le danger en situation d’infériorité numérique - il a surtout fait valoir ses qualités avec sa canne dans les mains. Car les Genevois ne se sont pas contenté de défendre leur os et de dégager à tout va, ils ont inscrits deux buts qui ne doivent rien à personne. On a revu, par moment, du hockey pétillant et cette intensité qui avait fait tant manqué la saison dernière où Noah Rod, Tanner Richard et Cody Almond, entre autres, se sont régalés.

«Ce vendredi soir, vous avez revu le vrai GE Servette» s’est réjoui l’entraîneur ontarien tout heureux d’avoir retrouvé également un très bon Robert Mayer dans sa cage. Souvent décrié, celui qui reste le goalie principal des Aigles, s’est remis en question cet été, il a beaucoup travaillé pour se remettre sur le droit chemin. Avec lui mais aussi Gauthier Descloux, qui a prouvé qu’il serait bientôt un tout grand portier en Suisse et qui pousse le «vieux» à se surpasser, GE Servette possède deux bons as devant son filet, de quoi jouer à fond l’alternance, idéal pour se pousser à être chaque soir meilleur. «C’est un beau problème», sourit Sébastien Beaulieu, le coach des portiers, qui a décidé de refaire confiance à Robert Mayer ce samedi soir dans le chaudron de la Valascia d’un Ambri, qui contrairement aux Genevois, n’a pas encore remporté un match à domicile...

Votre opinion