Publié

CinémaAvant les Oscars, les Français remettent leurs César

«Intouchables», «The Artist» ou «Polisse», sept films français, autant d'acteurs, d'actrices et de réalisateurs, cherchent la consécration vendredi soir sur la scène des 37e César.

1 / 2
En 1982, l'actrice Simone Signoret qui se rend sur scène pour annoncer le choix du jury, trébuche et tombe dans les bras d'Orson Welles, alors président de la cérémonie. Un grand moment de cinéma.

En 1982, l'actrice Simone Signoret qui se rend sur scène pour annoncer le choix du jury, trébuche et tombe dans les bras d'Orson Welles, alors président de la cérémonie. Un grand moment de cinéma.

AFP
Gad Elmaleh, maître de la cérémonie en 2005 se joint à Will Smith qui a reçu un César d'honneur, pour une joyeuse parodie d'Isabelle Adjani, présidente des César. Cette dernière avait demandé un verre d'eau dans son discours d'entrée.

Gad Elmaleh, maître de la cérémonie en 2005 se joint à Will Smith qui a reçu un César d'honneur, pour une joyeuse parodie d'Isabelle Adjani, présidente des César. Cette dernière avait demandé un verre d'eau dans son discours d'entrée.

AFP

Le film Intouchables d'Eric Toledano et Olivier Nakache a récolté 9 nominations, «The Artist» de Michel Hazanavicius, 10 et treize pour «Polisse» de Maïwenn, la benjamine des réalisatrices (35 ans).

La soirée sera aussi marquée par un duel au sommet pour le César du meilleur acteur entre Omar Sy, la révélation de l'année et Jean Dujardin, attendu dimanche à Hollywood pour un possible Oscar - le premier de cette catégorie qui récompenserait un Français.

Moins de faveurs pour les méga-succès

Moins connu du grand public mais 11 fois nommé par la profession, «L'Exercice de l'Etat» de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet et Michel Blanc, pourrait bien s'imposer dans l'une ou l'autre des catégories.

De même, «La Guerre est déclarée» de Valérie Donzelli, avec six nominations, fait figure d'outsider du cœur et la performance de scénariste-réalisatrice-actrice de la jeune femme pourrait être saluée.

D'autant plus que, de tradition, les méga-succès publics - comme les 19 millions de spectateurs d'«Intouchables» - ont rarement les faveurs des votants, encore moins les comédies.

«L'Apollonide, souvenirs de la maison close» de Bertrand Bonello, avec huit nominations, pourrait également prétendre au palmarès notamment pour la qualité de la photo et des décors.

Côté interprètes, la profession pourrait saluer la performance de Philippe Torreton dans «Présumé Coupable»: à 45 ans, le sociétaire de la Comédie Française - Césarisé en 1997 pour «Capitaine Conan» - a perdu 27 kilos pour incarner l'huissier accusé à tort de pédophilie dans l'affaire dite d'Outreau (petite ville du nord de la France) qui fut un fiasco judiciaire en 2004.

Chez les femmes, Marina Foïs dans «Polisse», jamais primée, arrive en tête des paris devant Karine Viard, Bérénice Bejo, Leïla Bekhti ou Marie Gillain.

(AFP)

Ton opinion