Luxe - Avec 5 milliards de bénéfices, LVMH se porte bien mieux qu’avant le Covid
Publié

LuxeAvec 5 milliards de bénéfices, LVMH se porte bien mieux qu’avant le Covid

Le numéro un mondial du luxe a annoncé lundi avoir réalisé au premier semestre 2021 un bénéfice de 62% supérieur à celui de la même période en 2019.

La crise économie provoquée par la pandémie de Covid ne semble pas avoir affecté outre mesure le groupe français LVMH, puisque celui-ci a réalisé lors du premier semestre 2021 un bénéfice net de plus de 5 milliards d’euros.

La crise économie provoquée par la pandémie de Covid ne semble pas avoir affecté outre mesure le groupe français LVMH, puisque celui-ci a réalisé lors du premier semestre 2021 un bénéfice net de plus de 5 milliards d’euros.

REUTERS

Le numéro un mondial du luxe LVMH est en forme: avec un bénéfice net de 5,3 milliards d’euros au premier semestre, il retrouve de loin son niveau d’avant la pandémie de Covid-19, a-t-il annoncé lundi.

À ce niveau, le bénéfice est plus de moitié (+62%) supérieur au premier semestre 2019 et, par ailleurs, décuplé par rapport à la première moitié de 2020, marquée par le déclenchement de la crise sanitaire et économique.

«Dans le contexte actuel de sortie de la crise sanitaire et de reprise de l’économie mondiale, j’estime que LVMH est en excellente position pour poursuivre sa croissance et renforcer encore en 2021 son avance sur le marché mondial du luxe», déclare Bernard Arnault, cité dans un communiqué.

Les ventes globales du groupe ont atteint 28,7 milliards d’euros au premier semestre, en hausse de 56% par rapport au premier semestre 2020 (+11% par rapport à 2019), portées par la division phare de LVMH, la mode et maroquinerie, qui réalise à elle seule 13,9 milliards d’euros (+38% par rapport à 2019) grâce aux performances de Louis Vuitton, Dior, Fendi, de Loewe et Céline.

Ces marques «gagnent partout des parts de marché et atteignent des niveaux records de ventes et de rentabilité», selon le groupe.

Fort rebond

Les vins et spiritueux, dont les ventes atteignent 2,7 milliards d’euros (+12% par rapport à 2019) connaissent une demande soutenue aux États-Unis et un fort rebond en Chine.

Le secteur montres et joaillerie enregistre une hausse de 5% par rapport à 2019 avec un semestre qui marque l’intégration de la maison new-yorkaise Tiffany. Plus généralement le groupe note un fort rebond des ventes dans les boutiques.

Dans la distribution sélective, Sephora montre une bonne performance mais DFS est encore pénalisé par la reprise limitée des voyages internationaux, et les ventes reculent globalement. Même chose pour les parfums et cosmétiques, même si les ventes directes avancent.

Dynamisme des marchés asiatique et américain

Par zones, l’Asie et les États-Unis sont dynamiques et l’Europe reprend progressivement.

«La croissance de LVMH bénéficie aujourd’hui, et bénéficiera encore davantage dans l’avenir, à la France, premier bassin d’emploi, principal pays d’origine de nos produits, auquel nos maisons sont fières d’apporter leur contribution», assure Bernard Arnault qui a inauguré récemment la Samaritaine, à Paris, en présence du président de la République Emmanuel Macron.

(AFP)

Votre opinion

11 commentaires