Actualisé 24.06.2016 à 10:58

Union européenneAvec le Brexit, ce sera difficile pour la Suisse

Pour le Conseil fédéral, la décision britannique de sortir de l'UE rend plus difficile les négociations suisses avec Bruxelles.

S’exprimant au nom du Conseil fédéral, Johann Schneider-Ammann a pris acte de la «décision souveraine» des Britanniques. Une décision qui rend plus difficile les négociations suisses avec Bruxelles.

S’exprimant au nom du Conseil fédéral, Johann Schneider-Ammann a pris acte de la «décision souveraine» des Britanniques. Une décision qui rend plus difficile les négociations suisses avec Bruxelles.

Keystone

Le Brexit aura aussi un impact négatif sur l'économie helvétique, a constaté le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann devant la presse vendredi. La décision britannique de sortir de l'UE rend plus difficile les négociations suisses avec Bruxelles.

Une décision souveraine

Le Conseil fédéral prend acte de cette «décision souveraine». Les relations entre la Suisse et le Royaume-Uni devront trouver de nouvelles bases dans les deux prochaines années. Le gouvernement les espère étroites vu l'importance du partenariat économique entre les deux pays, a déclaré le ministre de l'économie.

Un groupe de travail interdépartemental travaille depuis quelques semaines sur le sujet et des propositions au Conseil fédéral. Mais le scrutin britannique a surtout un impact sur les négociations pour appliquer l'initiative sur l'immigration de masse. " Il est clair que la recherche d'une solution est devenue plus difficile».

En contact étroit la BNS

«Le Conseil fédéral fera tout pour aboutir à une solution négociée. Mais il n'est actuellement pas prévisible si des progrès pourront encore être obtenus durant l'été».

L'autre préoccupation du gouvernement porte sur l'économie. Le Conseil fédéral suivra de près les effets sur le cours du franc suisse. De nombreuses branches exportatrices doivent s'attendre à une pression supplémentaire. Des effets sur la conjoncture ne sont pas à exclure.

Comme à son habitude, le Conseil fédéral refuse de s'exprimer sur la politique menée par la banque nationale. Mais il est en contact étroit avec la direction de la BNS. Le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour préserver les intérêts de notre pays, a assuré Johann Schneider-Ammann.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!