Nova Friburgo: Avec les Suisses du Brésil

Publié

Nova FriburgoAvec les Suisses du Brésil

Miss Suisse a été à la rencontre des descendants des Romands et des Alémaniques qui ont émigré en 1818.

par
Trinidad Barleycorn

Vache fribourgeoise, drapeau suisse, excellent chocolat: la Fribourgeoise Lauriane Sallin a retrouvé un coin de chez elle à Nova Friburgo, ville fondée à 136 kilomètres de Rio en 1818 par 261 familles suisses, dont une majorité de fribourgeoises, fuyant la pauvreté pour cultiver les terres vierges offertes par le Brésil. «Cette visite de la ville, avec le musée Casa Suiça, point central de l'association Nova Friburgo, permet de rester humbles, nous a confié Miss Suisse. Car, même si aujourd'hui la Suisse va bien, il y a deux cents ans, c'était un pays extrêmement pauvre que des gens ont dû quitter en quête d'un monde meilleur», explique-t-elle, faisant un parallèle avec la crise migratoire actuelle.

400 émigrés morts

L'Association Fribourg-Nova Friburgo, dont Lauriane est désormais l'ambassadrice, travaille à intensifier les liens entre la Suisse et la ville de 180 000 habitants. Et à améliorer les conditions de vie sur place: «Elle va par exemple ouvrir une école pour adultes car il y a un fort pourcentage d'analphabètes.»

L'étudiante en archéologie, qui fêtera jeudi ses 23 ans, a terminé à Nova Friburgo son voyage officiel de deux semaines au Brésil. Voyage durant lequel elle a aussi œuvré pour Terre des hommes et assisté à l'ouverture des Jeux olympiques. Ce pays, qu'elle qualifie de «terre de contrastes», et dont elle comprend un peu la langue, l'a subjuguée. Elle se réjouit de revenir à Nova Friburgo pour le bicentenaire. Et d'en apprendre encore davantage d'ici là sur ces descendants de Suisses. «Ce n'est pas une démarche passéiste. Grâce à la Casa Suiça, les gens peuvent en savoir plus sur leurs origines européennes et donner un sens à leur histoire.» Outre une dégustation de fromages et de chocolats produits sur place, la reine de beauté a pu se documenter sur les destins des premiers habitants. «Je savais qu'aucun membre de ma famille n'en faisait partie. Par contre, je connais, à Belfaux, des Mantel, dont certains ancêtres avaient tenté l'aventure brésilienne. Malheureusement, comme 400 autres Suisses à l'époque, ils sont morts durant le voyage. Seuls deux de leurs six enfants ont survécu. Ils ont été adoptés et leur trace a été perdue.» Leurs descendants se trouvaient-ils parmi les 10 000 personnes venues assister ce week-end au Festival du chocolat de la Casa Suiça? Mystère. Après quelques photos avec des visiteurs, ravis de rencontrer Miss Suisse, Lauriane a dû repartir hier. Avec, dans ses bagages, des boîtes de chocolat suisse made in Nova Friburgo à savourer en famille, à Belfaux.

Ton opinion