Publié

Lancia Ypsilon CNGAvec les voitures vertes, ça gaze!

Dernière «survivante» de la mythique marque italienne, l'Ypsilon joue la carte du gaz pour tenter de séduire encore. Plutôt réussi.

par
Philippe Clément

Dans toute la panoplie des voitures à carburants «alternatifs», les véhicules à gaz ont notre préférence. Pourquoi? Parce qu'ils ne sont pas alourdis par les batteries d'une hybride, parce qu'ils n'ont pas une autonomie aussi limitée que les autos 100% électriques et parce que, enfin, ils sont bien plus efficaces que les véhicules à essence bio.

Parmi la grande variété de modèles à disposition – les Škoda et Audi à gaz font le buzz en ce moment encore au 84e Salon de l'auto de Genève – on a choisi… la petite Lancia Ypsilon CNG. Histoire de rendre hommage à la dernière «survivante» d'une marque aussi mythique que moribonde.

Choix intelligent

La Lancia Ypsilon? En fait, une Fiat 500, mais dotée de cinq portes et relookée par les designers Lancia. Un véhicule élégant, urbain et facile à vivre. Surtout en ville, son terrain de jeux favori.

L'adaptation du petit bicylindre TwinAir au gaz naturel est un choix intelligent, puisqu'il dégage nettement moins de CO2 que l'essence ou même que le diesel, sans émettre ni suies ni particules fines.

Et puis, surtout, on ne remarque pas la moindre différence une fois installé au volant! Aussi punchy et volontaire qu'une Ypsilon normale, la voiture a du couple et de la puissance à revendre. C'est simple: même sur autoroute, on ne remarque aucune différence!

Le seul problème? Trouver un endroit… où refaire le plein. Facile dans les grandes villes, un peu moins à l'extérieur. Mais, là encore, pas de réel souci: son petit réservoir d'essence lui offre une autonomie suffisante pour rallier la prochaine borne, sans avoir à s'inquiéter d'appeler une dépanneuse.

Le surcoût, de 3000 francs par rapport au modèle de base, est très vite amorti: le gaz est bien meilleur marché que l'essence!

Comparatif d'ABE: des choux et des noisettes

En chiffres

Ton opinion