Culture: Avenches veut donner un coup de pouce à ses festivals
Actualisé

CultureAvenches veut donner un coup de pouce à ses festivals

La municipalité envisage de louer ou de racheter une partie des gradins des arènes. La commune espère ainsi conserver ses manifestations.

Les arènes d'Avenches accueillent notamment le festival d'Opéra qui s'est soldé par un déficit cet été.

Les arènes d'Avenches accueillent notamment le festival d'Opéra qui s'est soldé par un déficit cet été.

Archives, Keystone

Avenches tient à conserver l'organisation de festivals dans ses arènes, comme le festival d'Opéra, Rock Oz'Arènes ou Avenches Tattoo. La municipalité propose de racheter les gradins pour les louer ensuite à ceux qui le demandent. L'idée doit être avalisée par le Conseil communal.

«Une solution se dessine», a expliqué le mardi 4 août le syndic d'Avenches Daniel Trolliet. La municipalité a rencontré lundi les responsables des trois festivals et d'Avenches Tourisme. Il a été proposé que la commune rachète les infrastructures - les gradins et les clôtures - qui seront désormais gérées par Avenches Tourisme.

Le montant de l'achat n'est pas encore chiffré. Une convention doit être mise en place avec Avenches Tourisme. Le préavis communal sera remis d'ici au 24 août, soit un mois avant la réunion du Conseil communal qui sera appelé à donner son feu vert.

La démarche doit permettre de «garantir la pérennité de festivals dans les arènes», a expliqué Daniel Trolliet. Il s'agit aussi de donner une bouffée d'oxygène au festival d'Opéra, propriétaire des gradins, qui a enregistré une nouvelle perte cette année et dont l'existence est menacée.

Avenches Opéra en danger

Joué cet été dans les arènes, «Le Barbier de Séville» n'a pas attiré la foule. Les mélomanes étaient environ 30% de moins que lors de l'édition 2014 qui s'était déjà soldée sur un déficit.

La reprise des gradins par la commune est une bonne nouvelle, a réagi Léo Obertüfer, le président du Conseil de fondation d'Avenches Opéra. «C'était notre souhait depuis des années qu'une association neutre s'occupe de la gestion de cette infrastructure».

Cette vente va aider le festival à financer la perte de cette année, qui n'est pas encore connue précisément. Quant à l'avenir du festival, tout reste ouvert. «Nous devons tout remettre en question, faire des économies et ensuite, on verra. Notre souhait, c'est qu'il y ait un spectacle l'an prochain», a ajouté Léo Obertüfer.

(ats)

Votre opinion