20.10.2016 à 11:51

Avenir Suisse veut renforcer le frein à l'endettement

Suisse

Le laboratoire d'idées réclame la mise en place au niveau fédéral d'un référendum d'assainissement comme dans le canton de Vaud.

Peter Grünenfelder, directeur d'Avenir Suisse, n'a pas manqué de rappeler que les citoyens suisses tiennent à l'équilibre budgétaire.

Peter Grünenfelder, directeur d'Avenir Suisse, n'a pas manqué de rappeler que les citoyens suisses tiennent à l'équilibre budgétaire.

Keystone

Avenir Suisse propose ses recettes pour garantir la stabilité budgétaire de la Suisse.Le groupe de réflexion appelle à renoncer aux fonds d'infrastructure, à introduire un référendum d'assainissement au niveau fédéral et à soumettre les assurances sociales au frein à l'endettement.

Si la Suisse est généralement considérée comme un bon élève en matière d'équilibre budgétaire, les dépenses croissantes pèsent sur les charges de l'Etat, ont déclaré jeudi les experts d'Avenir Suisse devant la presse à Zurich. Le laboratoire d'idées s'appuie sur un sondage réalisé auprès des lecteurs du Matinet du Blickqui indique que le peuple plébiscite une politique budgétaire économe.

L'enquête a été menée par Avenir Suisse et Sotomo sur les plates-formes Internet des titres à grand tirage et quelque 20'000 personnes y ont pris part. Il indique que les personnes interrogées souhaitent des coupes budgétaires de 24% dans l'administration publique et de 13% dans l'agriculture, mais désirent davantage de moyens dans la sécurité ( 5%), la santé ( 7%) et la formation ( 5%).

Avenir Suisse s'étonne que 49% des sondés s'opposent à une extension du frein à l'endettement aux assurances sociales, alors que seuls 39% y sont favorables. Mais les moins de 45 ans soutiennent une telle mesure, relève le groupe de réflexion.

Prestations sociales

Sur la base de ces constatations, Avenir Suisse met en avant trois propositions. Tout d'abord, le laboratoire d'idées recommande de ne plus inscrire les dépenses dans la loi et de renoncer aux fonds spéciaux et d'infrastructure, afin de donner une plus grande marge de manoeuvre budgétaire au Parlement.

Ensuite, il réclame la mise en place au niveau fédéral d'un référendum d'assainissement tel que le connaît le canton de Vaud. En cas de non respect du frein à l'endettement, le peuple devrait choisir entre un train de mesures d'économies ou une hausse d'impôts. «Car le respect de l'équilibre budgétaire est génétiquement ancré chez le citoyen suisse», justifie Peter Grünenfelder, directeur d'Avenir Suisse.

Enfin, le groupe de réflexion demande une adaptation des prestations sociales au budget disponible, via des automatismes. Sur ce point, le sondage indique cependant qu'il n'existe pas de majorité dans la population. Aux politiques de faire leur travail de persuasion, conclut Avenir Suisse, qui souhaite ainsi garantir la prospérité du pays.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!