Publié

BlanchimentAveux partiels de l'élue écologiste française

L’élue mise en examen pour blanchiment en bande organisée reconnaît l’illégalité de sa démarche de rapatriement de fonds. Elle dément toutefois avoir eu connaissance de tout blanchiment d’argent de la drogue

Florence Lamblin a hérité en 2005 d’un compte familial en Suisse, non déclaré, ayant appartenu à son arrière-grand-père.

Florence Lamblin a hérité en 2005 d’un compte familial en Suisse, non déclaré, ayant appartenu à son arrière-grand-père.

DR

Florence Lamblin, qui a rapatrié cet été 355’000 euros (430’000 francs) placés en Suisse et jamais déclarés, dit l’avoir fait de «peur» que son évasion fiscale soit découverte, selon ses déclarations devant les enquêteurs publiées vendredi par Le Parisien. .«Je suis élue. Avoir un compte en Suisse me paraissait risqué et me mettait mal à l’aise», a-t-elle dit aux policiers, d’après le quotidien.

L’adjointe au maire du XIIIe arrondissement de Paris a été mise en examen samedi pour «blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs». Cette mise en examen fait suite à la saisie de 350’000 euros (423’000 francs) dans des coffres lui appartenant.

Huit personnes en tout ont été mises en examen dans le cadre de l’enquête sur le démantèlement d’un vaste réseau de blanchiment d’argent de la drogue.

Au total, 19 personnes ont été mises en examen dans cette affaire en France et en Suisse, dont neuf sont sous les verrous. Il s’agit d’un coup de filet anti-blanchiment majeur. Une source policière a fait valoir que sur les seuls cinq derniers mois, ce réseau, actif depuis plusieurs années, a blanchi quelque 40 millions d’euros.

Le réseau de blanchiment est lié à un trafic de drogue entre le Maroc, l’Espagne et la région parisienne. L’enquête a fait apparaître que le réseau avait importé plus de huit tonnes de cannabis.

Sac de supermarché

D’après son récit aux enquêteurs, rapporté par «Le Parisien», Florence Lamblin a hérité en 2005 d’un compte familial en Suisse, non déclaré, ayant appartenu à son arrière-grand-père. Il contenait entre 450’000 et 500’000 euros (534’800 francs et 605’000 francs). Elle l’a laissé en l’état, et en a retiré environ 9000 euros (10’880 francs) tous les ans «pour les dépenses de la vie courante».

En août 2012, elle a toutefois décidé de rapatrier ses fonds en France. Elle a retiré 28’000 euros (33’850 francs) pour se payer des vacances près de Chamonix. Son compagnon l’a ensuite mise en contact avec un intermédiaire à Genève pour rapatrier le reste.

Cet homme lui a demandé de virer l’intégralité de ses fonds vers un autre compte domicilié en France. Un certain Marc l’a contactée après et lui a remis les 355’000 euros à Paris, par liasses de 10’000 euros transportées dans «un sac de supermarché», rapporte Le Parisien. C’est alors que l’élue a été photographiée et identifiée par les enquêteurs.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!