Bélarus - Avion dérouté: c’est du «terrorisme d’Etat»

Publié

BélarusAvion dérouté: c’est du «terrorisme d’État»

L’opposant bélarusse Roman Protassevitch a vu son vol dérouté et forcé d’atterrir à Minsk par un avion de chasse du Bélarus. Les réactions n’ont pas tardé.

L’avion de ligne de Ryanair détourné par le Bélarus dimanche après-midi «a redécollé à l’instant de Minsk» à destination de la Lituanie, a annoncé sur Twitter la commissaire européenne en charge des Transports, Adina Valean, vers 19h15.

Elle n’a pas évoqué le sort du militant d’opposition Roman Protassevitch, arrêté après l’atterrissage forcé de l’appareil à Minsk. L’UE avait appelé le Bélarus à laisser repartir l’avion avec «tous ses passagers». «C’est une formidable nouvelle pour tout le monde, particulièrement pour les familles et amis des personnes à bord», a simplement indiqué la commissaire roumaine.

L’avion de ligne, un Boeing 737, a été dérouté lors d’un vol entre Athènes et Vilnius, des capitales de deux pays de l’UE et membres de l’Otan.

Un «incident sérieux et dangereux»

Le secrétaire général de l’Otan a dénoncé dimanche «un incident sérieux et dangereux» et réclamé «une enquête internationale», après le détournement par le Bélarus d’un avion de ligne forcé d’atterrir à Minsk et l’arrestation d’un opposant présent à bord de l’appareil.

«C’est un incident sérieux et dangereux, qui nécessite une enquête internationale. Le Bélarus doit garantir le retour en sécurité de l’équipage et de tous les passagers» à Vilnius, destination initiale du vol, a indiqué Jens Stoltenberg sur Twitter.

Un «acte de terrorisme»

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a qualifié d’«acte de terrorisme d’État» l’arrestation dimanche de l’opposant bélarusse Roman Protassevitch, après que son vol a été forcé d’atterrir à Minsk par un avion de chasse du Bélarus.

Mateusz Morawiecki a également écrit sur Twitter qu’il avait demandé au président du Conseil européen Charles Michel que l’UE discute dès lundi de «sanctions immédiates» contre le Bélarus, ajoutant que l’arrestation de l’opposant «ne peut pas rester impunie».

«Je condamne dans les termes les plus forts l’arrestation de Roman Protassevitch par les autorités bélarusses, après qu’un vol de passagers de Ryanair a été détourné. Ceci est un acte de terrorisme d’État criminel», a déclaré le Premier ministre polonais.

Pologne très critique

Le chargé d’affaires de l’ambassade bélarusse à Varsovie a été convoqué par le ministère polonais des Affaires étrangères pour lui demander des explications, selon la télévision TVN24. La Pologne est très critique envers le président bélarusse Alexandre Loukachenko. Avec la Lituanie, elle réclame des sanctions plus fermes contre le régime de Minsk pour sa violente répression de manifestations de l’opposition.

L’ancien président du Conseil européen Donald Tusk, également ex-Premier ministre polonais, a écrit sur Twitter dimanche qu’Alexandre Loukachenko «est devenu une menace non pas seulement pour ses propres citoyens, mais aussi pour la sécurité internationale». Il a appelé à «une réaction immédiate et sévère de tous les gouvernements et institutions européens».

Une image de Roman Protassevitch.

Une image de Roman Protassevitch.

Reuters

Détournement «inacceptable»

La France a dénoncé dimanche le détournement «inacceptable» par les autorités du Bélarus d’un avion transportant un opposant bélarusse et réclamé une «réponse ferme et unie» des 27 États membres de l’UE. «Le détournement par les autorités biélorusses d’un vol de @Ryanair est inacceptable. Une réponse ferme et unie des Européens est indispensable», a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur son compte Twitter.

Le média d’opposition Nexta a affirmé que son ancien rédacteur en chef Roman Protassevitch avait été arrêté après l’atterrissage d’urgence à l’aéroport de la capitale du Bélarus de cet appareil, un Boeing 737 de la compagnie Ryanair en provenance d’Athènes et avec pour destination Vilnius en Lituanie.

Selon les autorités bélarusses, l’avion a dévié de sa trajectoire à cause d’une «alerte à la bombe».

«C’est totalement inadmissible»

Les dirigeants de l’UE ont averti dimanche qu’ils tenaient le Bélarus pour «responsable» du sort de l’appareil de Ryanair dérouté et forcé d’atterrir à Minsk, l’appelant à laisser «tous les passagers» repartir et poursuivre leur voyage, à la veille d’un sommet des 27 à Bruxelles. Les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept, réunis en sommet lundi et mardi, discuteront de «possibles sanctions» de l’UE contre le Bélarus, a annoncé le Conseil européen.

Le président du Conseil, Charles Michel, mettra à l’ordre du jour du sommet l’incident du Boeing de Ryanair dérouté dimanche, et «les conséquences ainsi que de possibles sanctions seront discutées à cette occasion», a déclaré un porte-parole de l’institution.

«C’est totalement inadmissible. Nous tenons le gouvernement du Bélarus pour responsable de la sécurité de tous les passagers et de l’appareil», a réagi sur Twitter le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell. «TOUS les passagers doivent pouvoir poursuivre immédiatement leur voyage», a-t-il insisté, après que les services de sécurité bélarusses ont arrêté à son arrivée le jeune militant d’opposition Roman Protassevitch présent dans l’avion.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a simultanément exprimé une position similaire sur le même réseau social : «TOUS les passagers doivent pouvoir continuer leur voyage vers Vilnius (la capitale de la Lituanie, ndlr) immédiatement et leur sécurité doit être garantie».

De «graves conséquences»

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a averti le président bélarusse Alexandre Loukachenko qu’il s’exposait à de «graves conséquences» après que le Bélarus a intercepté un avion de ligne dimanche.

«Le Royaume-Uni est alarmé par les informations faisant état de l’arrestation du journaliste de @nexta_tv Roman Protassevitch et des circonstances qui ont conduit son avion à atterrir à Minsk. Nous nous coordonnons avec nos alliés. Cette action extravagante de Loukachenko aura de graves conséquences», a tweeté M. Raab.

(AFP)

Ton opinion

47 commentaires