29.09.2020 à 07:57

ArméeAvions de combat, ce qui va se passer maintenant

Le résultat serré de ce week-end risque de compliquer la suite des opérations pour l’achat des avions de combat. Notamment si une initiative est lancée contre le modèle choisi.

von
Eric Felley
Après le vote serré de ce week-end certains socialistes demandent d’ores et déjà de ne pas choisir un avion américain. Ici le Lockheed Martin F-35 lors de son évaluation à Payerne en juin 2019.

Après le vote serré de ce week-end certains socialistes demandent d’ores et déjà de ne pas choisir un avion américain. Ici le Lockheed Martin F-35 lors de son évaluation à Payerne en juin 2019.

KEYSTONE/Peter Klaunzer

Le résultat très serré pour l’achat de nouveaux avions de combat obligera sans doute le Conseil fédéral à repenser la suite des opérations. La cheffe du Département de la défense, de la protection de la population et des sports, Viola Amherd, a déjà précisé dimanche que les six milliards de francs prévus constituaient un plafond. Le président du PDC Gerhard Pfister a déclaré: «Si les avions coûtent un peu moins cher que 6 milliards de francs, ce n’est pas grave».

Nouvelle votation en 2025…

Au vu du résultat, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), selon son président Thomas Bruchez, se tâte dorénavant pour lancer une initiative populaire en fonction de l’avion qui sera choisi. Le Conseil fédéral devrait annoncer son choix au début de l’été 2021. Lancée à ce moment-là, l’initiative aurait 18 mois pour récolter 100 000 signatures. Ce qui porterait son dépôt à fin 2022. Ensuite le Parlement dispose de deux ans pour la traiter, ce qui signifierait une votation populaire au plus tôt au début 2025.

… ou les premiers avions en 2025?

Les quatre avionneurs qui restent en lice – Airbus, Dassault, Boeing et Lockheed Martin – doivent confirmer leurs offres d’ici à la fin novembre 2020. Il faudra environ six mois au Conseil fédéral pour prendre sa décision sur le modèle que devrait acheter la Suisse. Cette dépense sera intégrée au programme d’armement, qui devra obtenir l’aval du Parlement, vraisemblablement en 2022. Entre-temps, l’initiative du GSsA aura peut-être été lancée, ce qui pourrait retarder ce calendrier. Si ce n’est pas le cas, la Suisse devrait recevoir ses nouveaux avions à parti de 2025 jusqu’en 2030.

De préférence les moins chers

La tiédeur du peuple face à cette acquisition va rendre les politiciens prudents à Berne. Gerhard Pfister a également déclaré à propos des jets en lice: «Ceux qui sont moins chers ont probablement une longueur d’avance». Ce qui de facto pourrait écarter le F-35 de Lockheed Martin, le plus cher d’entre eux. De son côté le chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales, Roger Nordmann, a demandé que l’option d’un avion américain soit d’ores et déjà abandonnée.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
99 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

pas cher

30.09.2020 à 16:46

n'oubliez pas que l'armée coûte moins cher que les addictions ( 5 milliards contre 7.7 milliards).

vrai

30.09.2020 à 16:46

on dirait qu'on a bien fait d'acheter des avions: les conflits actuels naissent comme des champignons. Et ils ne sont pas virtuels: avions, chars, vraies explosions, vrais morts et vrais blessés.

Dave

30.09.2020 à 10:52

On devrait limiter l enveloppe a 3 miliard vus que ya presque 50/50 au résultat. Et ceux qui on voter oui peuvent se cotiser pour financer le reste de leur poche 😅