Commentaire - AVS 21, les compensations prévues ne suffiront pas
Publié

CommentaireAVS 21, les compensations prévues ne suffiront pas

En se focalisant uniquement sur l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes, cette réforme a peu de chance devant le peuple.

par
Eric Felley
Le 14 juin 2019, la grève féministe, ici à Genève, avait mobilisé plusieurs centaines de milliers de femmes dans tout le pays.

Le 14 juin 2019, la grève féministe, ici à Genève, avait mobilisé plusieurs centaines de milliers de femmes dans tout le pays.

grève féministe ge


En l’état actuel, la proposition d’assurer l’avenir financier de l’AVS en augmentant l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans semble avoir peu de chance d’être acceptée devant le peuple. Harmoniser l’âge de la retraite entre homme et femme est certes un pas vers l’égalité, mais pas dans le bon sens et seulement dans le cadre de la loi en question. Comme tout serait plus facile, si on pouvait aligner tout le monde à 64 ans! Mais cette option, n’a jamais été mise sur la table à Berne, tant elle paraît a priori impossible à financer.

Certes, le Parlement songe à compenser cette année de travail supplémentaire pour une génération de femmes nées entre 1959 et 1964 avec des montants allant de 50 à 150 francs par mois. Et après? Tout le reste autour peine à suivre. Lundi 14 juin, c’est le jour de la Grève des femmes. À 15 h 19 les mouvements féministes célébreront «l’heure de l’inégalité salariale», le moment à partir duquel les femmes commencent à travailler gratuitement lorsque l’on rapporte l’inégalité salariale sur une journée de travail. En 2019, ce moment symbolique était à 15 h 24. Selon les mouvements féministes, l’inégalité salariale a donc augmenté en deux ans et l’heure fatidique se situe désormais 5 minutes plus tôt.

La réforme de l’AVS proposée par le Parlement est dorénavant entièrement focalisée sur cette question de l’augmentation de l’âge pour les femmes. Mais lorsque cette proposition passera devant le peuple, c’est l’ensemble de la condition féminine en Suisse qui sera au cœur du débat, sa vulnérabilité économique, mais aussi les questions sociales et l’égalité des chances dans la vie professionnelle. Tant que les hommes continueront de gagner plus que les femmes, uniquement parce qu’ils sont des hommes, il sera difficile de trouver une majorité dans ce pays pour les obliger à travailler une année de plus.

Votre opinion

75 commentaires