Votations: AVS 21 promet une scène de ménage sur l'égalité

Actualisé

CommentaireAVS 21: vers une grande scène de ménage!

Le premier sondage Tamedia/20 minutes montre une très grande disparité de vues entre hommes et femmes sur l’augmentation de l’âge de la retraite. Qui va gagner?

par
Eric Felley
«Va travailler une année de plus!» semble dire cet homme à cette femme…

«Va travailler une année de plus!» semble dire cet homme à cette femme…

Getty Images/Westend61

Vu l’enjeu, on pouvait s’attendre à une différence d’opinions ente les hommes et les femmes concernant la réforme AVS 21 et l’augmentation de l’âge de la retraite de madame à 65 ans. On est toutefois frappé par l’écart révélé mercredi par le premier sondage Tamedia/20 minutes: 71% des hommes approuveraient cette année supplémentaire de travail, contre seulement 36% des femmes, soit 35 points de différences.

Impatience masculine

Par rapport au résultat de la votation sur Prévoyance vieillesse 2020 en septembre 2017, qui intégrait l’élévation de l’âge de la retraite des femmes, c’est le grand écart. À l’époque, les sondages ont montré que 42% des femmes avaient soutenu cette réforme et seulement 51% des hommes. Certes, ce projet comportait d’autres aspects, notamment une hausse relativement importante des rentes individuelles et de couple. Mais, de 51% à 71% en cinq ans, c’est un sacré bon. Il est significatif d’une vraie impatience masculine vis-à-vis des femmes, qui tiennent à leur année de bonus, alors qu’elles revendiquent régulièrement l’égalité.

Un écart qui devrait se resserrer

La réforme AVS 21 risque de se crisper dorénavant autour de cette question. On pourrait parler d’un vote de genre. À 71%, il apparaît aussi que nombre d’hommes à gauche soutiennent aussi ce «lissage» des rentes. Après ce premier sondage, on peut dessiner quelques pistes. Si les femmes se mobilisent en masse pour aller voter, elles ont la possibilité d’inverser la tendance. La modeste avance de 53%, que révèle globalement le sondage, pourrait fondre comme neige au soleil. Il se pourrait aussi que, pour la paix des ménages, monsieur se range finalement à l’avis de madame d’ici le 25 septembre. Probablement que l’écart montré par ce premier sondage va se resserrer.

Est-ce que les hommes désirent vraiment que les femmes travaillent plus longtemps? Ce n’est probablement pas une question d’argent, mais une question de principe. L’on sait pourtant que ce principe n’est pas appliqué dans beaucoup d’autres domaines majoritaires, où monsieur n’est pas prêt à partager, voire à céder son pouvoir aux femmes. Ces prochaines semaines de campagne s’annoncent passionnantes.

Ton opinion

99 commentaires