AVS: entre 2017 et 2022, la campagne s’est inversée

Publié

CommentaireAVS: entre 2017 et 2022, la campagne s’est inversée

Il y a cinq ans, lors de l’échec de la Prévoyance vieillesse 2020 devant le peuple, l’UDC et le PLR recommandaient le non et la gauche le oui. Aujourd’hui, c’est l’inverse.

par
Eric Felley
En 2017, Alain Berset avait lutté pour intégrer à la réforme des compensations financières.

En 2017, Alain Berset avait lutté pour intégrer à la réforme des compensations financières.

DR

En 2017, les Suisses ont voté sur la réforme Prévoyance vieillesse 2020 élaborée par le Parlement et le chef du Département de l’intérieur Alain Berset. Certains éléments de cette réforme refusée se retrouvent dans AVS 21, en particulier l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans et la retraite flexible de 62 à 70 ans. Prévoyance vieillesse 2020 comportait aussi un financement additionnel par la TVA. Cette réforme intégrait enfin des propositions pour le 2e pilier: la baisse du taux de conversion de 6,8 à 6% et des mesures de surveillance.

Un paquet trop généreux

La droite était favorable à l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes ou la baisse du taux de conversion, mais elle trouvait le paquet trop généreux. Le projet d’Alain Berset prévoyait un supplément de 70 francs par mois pour toutes les nouvelles rentes de vieillesse et un relèvement du plafond pour les couples mariés de 150 à 155% de la rente vieillesse maximale. Les cotisations AVS étaient aussi augmentées de 0,3 point.

En 2017, UDC et PLR et une partie du PDC d’alors ont fait campagne contre, tandis que la gauche soutenait le projet de son ministre. En 2022, c’est un peu le monde à l’envers, les socialistes sont contre, tandis que la droite défend AVS 21. Finalement, il n’y a qu’Alain Berset qui est toujours dans le même camp, celui du Conseil fédéral.

Vaud et Genève avaient refusé

En 2017, au début de la campagne pour Prévoyance vieillesse 2020, les sondages donnaient le projet perdant. À une semaine du vote, les camps étaient au coude-à-coude. Mais le 24 septembre 2017, le projet a échoué par 52,7% de non. En Suisse romande, Vaud et surtout Genève l’ont refusé. Une partie de la gauche a voté non à cause de l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes. Le relèvement de la TVA a échoué aussi pour 2357 voix, soit le résultat le plus serré de toutes les votations fédérales. Il n’a pas non plus passé le cap de la majorité des cantons (13 ½ contre, 9 ½ pour).

Cinq ans plus tard, AVS 21 part avec un vent légèrement plus favorable dans le premier sondage Tamedia/20 minutes. Mais ces 53% d’avis favorables tiendront-ils jusqu’au bout?

Ton opinion

12 commentaires